A 10:59 dans Fibre optique

La FIRIP grandit et affirme ses ambitions

23
JUIN
2016
Partager cette actu sur :

La Fédération des Industriels des Réseaux d’Initiative Publique (FIRIP) tenait son assemblée générale, hier, à Tours. L’occasion de faire le point sur l’évolution de la fédération, sa croissance et ses ambitions pour le développement de la fibre optique en France.

FacebookTwitter

La FIRIP rassemble toutes les entreprises, qui de près ou de loin, interviennent dans le développement de la fibre optique en France. Elle a fait le point sur ses activités et les prochaines missions qu'elle souhaite voir aboutir.

La FIRIP élargit ses compétences et sa liste de membres

Elle était précédée d’une première session extraordinaire visant à :

  • Faire approuver une évolution importante de ses statuts. D’abord centrée sur les infrastructures numériques, au travers des réseaux d’Initiative Publique, la FIRIP évolue vers une conception plus large incluant les usages, pour construire les villes et les territoires connectés de demain

Cette modification statutaire se traduira dans les faits par un élargissement des compétences de la FIRIP, de son champ d’action et du profil de ses membres.

  • Valider l’arrivée d’une vague significative d’adhérents, renforçant la représentativité de la fédération. Avec 25 nouveaux membres, la FIRIP compte désormais 161 entreprises. Parmi les nouvelles, on retrouve AIRSPAN Communications Ltd, ALTAVOX, ATIX, AXIONE, CIC (Crédit Industriel et Commercial), DASAN NETWORKS, EHTP - Groupe NGE, EUROTECHNOCOM – ETC, FONDS MARGUERITE, FORMAPELEC, FOUGERAY ASSOCIÉS, GDRI, GRTP, Cabinet MERLIN, NETGEM – Videofutur, PARME AVOCATS, PREFORMED LINE PRODUCTS, RÉSEAU DUCRETET, SCIDE, SPIE Ouest-Centre, SECA, SETICS, SOTRANASA Televideocom, TACTIS et TITANE CONSEIL.

« Nous devrions rassembler au moins 200 membres d’ici la fin de l’année, sachant que nous ne mesurons pas encore l’effet que va engendrer l’élargissement de nos statuts et de nos actions sur l’attractivité de notre fédération » explique Étienne Dugas, Président de la FIRIP.

La FIRIP est fière d'avoir su structurer toute une filière qui lui permet d'alerter et influer sur des décisions majeures, structurantes pour le secteur. « Aujourd’hui, il n’y a pas une décision concernant les RIP, prise au plus haut niveau, sans que la FIRIP soit consultée » se réjouit le Président.

En 2016, la fédération a multiplié les évènements et a mis en place des délégations régionales pour être au plus près des territoires.

La FIRIP grandit et affirme ses ambitions

Trois sujets essentiels parmi sept commissions

Son organisation sous la forme de commissions a été considérée comme un succès. Mobilisées sur des sujets de préoccupations majeurs, ces commissions prennent la forme de groupes de travail, réunissant les membres volontaires et experts du sujet en question.

Sept commissions sont actuelles ouvertes. Parmi celles-ci, Étienne Dugas est revenu sur trois points essentiels pour l'avenir du secteur :

  • Les besoins en emploi et en formation. Depuis le « chiche » d’Emmanuel Macron, Ministre de l’Économie, de l’Industrie et du Numérique, le 27 avril dernier en réaction à la proposition d’Étienne Dugas de mettre en place un contrat de filière, la FIRIP a mené un travail de recensement et de recoupement statistiques des besoins des acteurs de la filière en termes de formation et d’emploi dans les cinq années à venir. Un travail détaillé région par région, métiers par métiers. L’estimation, annoncée de 30 000 besoins a alors été revue à la hausse à 40 000, dont 13 000 en création de postes et 27 000 en reconversion. La nécessité de concrétiser ce fameux « contrat de filière » face à l’urgence des besoins est prioritaire.
  • Les offres FFTH entreprises en zones denses. « Alors que les RIP de première génération avaient stimulé la concurrence via notamment l’implication des petits opérateurs, une situation de monopole sur les zones denses pour les offres FTTH à destination des entreprises est en train de se reconstituer. Il y a urgence à agir ! » explique Étienne Dugas. Celui-ci annonce se mobiliser fortement pour répondre à la consultation de l’Arcep lancée le 13 juin dernier et à remettre le 26 juillet prochain.
  • « RTTH » (ou « LTE » ou « 4G fixe »). « L’usage de bande de fréquences dédiées à cette nouvelle technologie radio est un enjeu d’équité territoriale. Sans ces déploiements, nous estimons que 5 à 10% de la population française n’attendra pas les 2 Mbit/s avant 5 à 10 ans » poursuit Étienne Dugas. C’est pourquoi, la FIRIP suit de près la trentaine d’expérimentations en cours sur les usages des bandes 3,5 GHz et 2,6 GHz. Elle annonce qu’elle rédigera, en plus des contributions individuelles, une contribution collective en réponse à la consultation que va lancer l’ARCEP sur ce sujet. La FIRIP entend démontrer l’efficacité de cette solution et l’existence d’une filière d’industriels radio garants de la pérennité de cette technologie.
La FIRIP entend donc bien peser de tout son poids sur l'avenir du très haut débit en France.

FacebookTwitter

Articles en relation

comments powered by Disqus