A 8:35 dans Fibre optique

Freebox Révolution à 1 Gbit/s : le gendarme des télécoms tape sur les doigts de Free

2
OCT
2013
Partager cette actu sur :

poing sur la tablePour la première fois, l’ARCEP est sortie de sa réserve pour rappeler à l’ordre Free. Suite à la publication sur son site de son offre Freebox Révolution en fibre optique à 1 Gbit/s, le gendarme des télécoms a tenu à faire une mise au point en précisant le caractère inexact de son offre. Le coup de com de l’opérateur n’a trompé personne.

Alors que tous les opérateurs s’empressaient de communiquer sur leurs offres en VDSL2 permettant de bénéficier de débits théoriques jusqu’à 100 Mbit/s, Free a réalisé un coup magistral en éclipsant la concurrence grâce au lancement de son offre Freebox Révolution à 1 Gbit/s.

Xavier NielSi la presse (à commencer par nous) dénonçait le coup médiatique, l’ARCEP a aussi montré qu’elle n’avait pas apprécié la manœuvre. L’Autorité de Régulation des Communications Électroniques et des Postes s’est fendue d’un communiqué rappelant à l’ordre le trublion de l’Internet.

Pour le gendarme des télécoms, Iliad, la maison mère de Free, annonce des performances qui sont de nature à induire en erreur les utilisateurs.
Pour l’offre à 1 Gbit/s, l’ARCEP souligne « le caractère partiel de l’information donnée aux utilisateurs » et précise que le service annoncé ne correspond pas à l’expérience utilisateur. « Le service offert aux utilisateurs est tributaire non seulement du dimensionnement du réseau d’accès sur lequel Free communique aujourd’hui, mais dépend aussi du dimensionnement de l’ensemble de son infrastructure (collecte, interconnexion…) », explique le régulateur national. Pour enfoncer le clou, l’ARCEP ne s’est pas privée de rappeler les résultats de son enquête prouvant que les capacités de l’opérateur sont insuffisantes pour regarder des vidéos en ligne, notamment en heure de pointe.

L’offre VDSL2 est aussi pointée du doigt

Logo de l'ArcepLe régulateur des télécoms s’en est aussi pris à l’offre VDSL2 de Free. Il rappelle le caractère purement théorique des débits à 100 Mbit/s. Là encore, il précise que ces débits ne correspondront pas à l’expérience utilisateur. Cependant, si l’on peut reprocher à Free de tronquer la réalité avec son offre à 1Gbit/s, sur l’offre VDSL2, il ne fait que dire la même chose que ses concurrents et une fois de plus, il se prémunit des critiques en annonçant des débits « jusqu’à 100 Mbit/s ».

Ce coup médiatique met en évidence une dérive de la part des opérateurs qui font des promesses qu’ils ne peuvent tenir et impose un outil de vérification des services rendus par les opérateurs. Une récente étude a montré que la France était un des pays d’Europe où l’écart entre le débit annoncé et celui obtenu réellement était le plus grand. Les opérateurs promettent des débits maximum jusqu’à 20 Mbit/s, 100 Mbit/s voire 1 Gbit/s, mais quand assureront-ils un débit minimum ?

Bonne nouvelle pour les consommateurs, il semblerait que l’ARCEP travaille sur un outil d’évaluation de la qualité de service des FAI dont les premiers résultats seront rendus publics en 2014. En attendant, des outils comme le test de débit DegroupTest.com et les baromètres des débits fixes et mobiles de DegroupTest sont déjà de bons indicateurs pour se faire une idée de la qualité des réseaux des opérateurs.

FacebookTwitter

FacebookTwitter

Articles en relation

comments powered by Disqus