A 9:23 dans Free

Free Mobile sera-t-il disponible à Paris ?

21
SEP
2010
Partager cette actu sur :

Tour Eiffel ParisFree Mobile parviendra-t-il à mettre sur pied les infrastructures indispensables au bon fonctionnement de son réseau ? Alors que les trois opérateurs en place lui refusent toujours des accords d’itinérance sur leurs réseaux 3G, la filiale d’Iliad pourrait à présent pâtir de l’hostilité des opposants aux antennes de la téléphonie mobile.

C’est en janvier dernier que Free Mobile est officiellement devenu le quatrième opérateur mobile de France en se voyant attribuer par l’ARCEP la quatrième licence 3G.

Ce nouvel acteur du marché de la téléphonie mobile a désormais jusqu’en 2012 pour mettre sur pied son réseau et débuter la commercialisation d’offres. Néanmoins, la route est semée d’embûches.

Logo Free MobileAinsi, Orange Mobile, SFR Mobile et Bouygues Telecom n’ont pas hésité à contester l’attribution de la licence 3G à Free Mobile à Bruxelles et devant le Conseil d’Etat. Si la Commission européenne a d’ores et déjà donné raison à la filiale d’Iliad, l’avis des Sages du Palais Royal devrait également débouter la triade en place.

Parallèlement, Free Mobile, qui tente de rester optimiste, rencontrerait des difficultés à conclure des accords d’itinérance sur les réseaux 3G de ses concurrents.

Antenne-relais téléphonieOr, voilà qu’un syndicat d’employés municipaux de la ville de Paris, une association et les Verts pourraient mettre de nouveaux bâtons dans les roues de l’opérateur entrant. En effet, relançant les craintes liées aux ondes électro-magnétiques qui avaient agité le pays pendant plusieurs semaines, ceux-ci s’opposent à un projet de délibération de la municipalité parisienne qui vise à autoriser Free Mobile à installer des antennes-relais sur une cinquantaine de bâtiments publics et sur 250 immeubles.

Au nom du principe de précaution – la nuisance des antennes de la téléphonie mobile n’ayant pas été avéréeFree Mobile se verra-t-il dans l’incapacité de remplir ses obligations de couverture, qui se montent à 27 % de la population métropolitaine d’ici à 2012 ? Une chose est sûre, chez Iliad, on ne compte sûrement pas faire une croix sur les clients parisiens.

FacebookTwitter

FacebookTwitter

Articles en relation

comments powered by Disqus