A 12:06 dans Free

Free Mobile : quel impact sur l’économie ?

20
NOV
2012
Partager cette actu sur :

Logo de Free MobileAfin d’offrir un autre son de cloche face aux cris d’alarme des opérateurs, Free a commandé une étude à deux économistes. Dans ce document appelé « L’impact macroéconomique de l’attribution de la quatrième licence mobile », Augustin Landier et David Thesmar concluent que l’arrivée de Free Mobile pourrait créer 16 000 à 30 000 emplois.

L’arrivée du quatrième opérateur mobile n’en finit plus de faire couler de l’encre. Face à la colère des concurrents et l’inquiétude du gouvernement, Free Mobile a décidé de réagir en prenant appui sur une étude économique.

L’opérateur a en effet commandé à deux économistes un rapport sur les conséquences de son arrivée dans la téléphonie mobile. Augustin Landier, de la Toulouse School of Economics, et David Thesmar, professeur à HEC Paris, ont ainsi tenté de dresser un panorama global de l’entrée en scène de Free Mobile. Il en ressort que l’arrivée de ce nouveau concurrent pourrait créer 16 000 à 30 000 emplois.

Ce rapport se voudrait donc l’antithèse des cris d’alarmes des opérateurs, dont deux procèdent à des restructurations. Maxime Lombardini, directeur général de Free, tente de résumer la situation : « Le débat ne s’est porté que sur les télécoms, comme s’il s’agissait d’un monde fini. Le consommateur a été laissé de côté, ainsi que les autres secteurs de l’économie. Or, quand on redonne 2 milliards d’euros de pouvoir d’achat aux ménages, cela a des répercussions positives sur la consommation, l’investissement et l’emploi dans le reste de l’économie. »

factureAinsi face aux prévisions de suppressions de 10 000 à 55 000 emplois selon les sources, les deux économistes dressent un bilan plus positif de l’arrivée de Free Mobile. David Thesmar explique la démarche suivie : « Nous avons utilisé l’hypothèse conservatrice d’une baisse moyenne des prix de 10% dans le mobile. Ce qui redonne 2 milliards d’euros de pouvoir d’achat aux consommateurs, soit une augmentation de la consommation de l’ordre de 0,2% du PIB, ce qui n’est pas fou comme ordre de grandeur. » D’ici 3 à 5 ans, l’impact serait donc de 30 000 créations nettes d’emplois.

La baisse des tarifs permettrait donc aux ménages français de réinjecter les économies réalisées dans d’autres secteurs comme la restauration ou les transports. Les entreprises seraient également concernées. Si le choc immédiat semble effectivement dur à encaisser pour les autres opérateurs télécoms, l’étude indique qu’à court terme plus de 200 emplois nets pourraient être crées dans le secteur. David Thesmar nuance un peu les relations de cause à effet entre l’arrivée de Free Mobile et l’emploi dans les télécoms : « C’est compliqué car il y a de nombreux scénarios possibles, et d’autres mécanismes comme la pression des actionnaires et les évolutions technologiques détruisent des emplois. Mais globalement, à court terme, cela devrait être légèrement positif. »

Comme pour les précédentes prévisions, il s’agit là d’hypothèses. L’impact réel de l’arrivée de Free Mobile sera assez difficile à identifier vu que les télécoms, au niveau global, sont dans une période de mutation importante.

FacebookTwitter

FacebookTwitter

Articles en relation

comments powered by Disqus