A 13:37 dans Internet, Médias

SOS-Hadopi.fr : une assistance juridique pour 18 €/an

14
SEP
2010
Partager cette actu sur :

logo sos-hadopiSOS-Hadopi.fr verra le jour mercredi 15 septembre. Ce site fournira une aide juridique et technique aux internautes en cas de litige face à l’Hadopi. Cependant, ses créateurs sont loin d’être des philanthropes adeptes du tout-gratuit. Ils proposeront leurs services moyennant un abonnement annuel de 18 euros. La lutte anti-Hadopi devient un business.

La Haute Autorité pour la Diffusion des Oeuvres et la Protection des droits sur Internet, Hadopi, a déjà un mérite, elle permet de créer des emplois. En plein démarrage de la traque aux internautes adeptes du téléchargement en Peer To Peer, et en pleine campagne de sensibilisation sur son action, l’Hadopi voit se dresser face à elle SOS-Hadopi.fr.

Ce site créé par Renaud Veeckman, fondateur du groupe Apiadopi, Jérôme Bourreau-Guggenheim, ex-responsable Web de TF1 licencié pour avoir critiqué le texte Hadopi, et Christophe Berhault fondateur de YoosMedia envisage d’aider les internautes en litige avec l’Hadopi.

AvocatCe site d’assistance juridique et technique dont le lancement aura lieu demain proposera une offre gratuite qui fournira des informations sous forme de Newsletter et une offre payante qui, moyennant 18 euros par an, proposera aux internautes « un réseau d’avocats à [son] service dès le premier mail ou avant, et une prise en charge personnelle (selon le type de box utilisée, ses usages ou la conscience d’avoir commis quelque chose d’illégal) qui aide à la préparation d’une réponse. »

De plus, Jérôme Bourreau-Guggenheim ajoute « Si la procédure va plus loin que le premier mail, l’internaute se verra soumettre une liste d’avocats capables de défendre ses droits face à la CPD (NDLR : Commission de Protection des Droits) ». SOS-Hadopi ne s’arrête pas là, il propose aussi une offre pour les professionnels dont les tarifs oscillent entre 15 et 165 euros par mois.

Eric Walter
Ce site qui vise 50 000 abonnés payants pour parvenir à l’équilibre financier suscite de vives critiques à commencer celles d’ Eric Walter, président de la Haute autorité. Pour lui ce « supposé service de recours répand de fausses affirmations ».

Les créateurs de SOS-Hadopi ont déclaré que tout internaute soupçonné de téléchargement illégal « sera obligé d’installer un logiciel dit de sécurisation, véritable spyware (logiciel espion) censé consigner l’ensemble de ses activités numériques  ».

Opportunisme ou vrai service, il est encore trop tôt pour porter un jugement sur ce site. En cas d’échec d’Hadopi, les premiers inscrits auront perdu 18 euros, une bonne raison de créer un site SOS-SOS-Hadopi…

FacebookTwitter

FacebookTwitter

Articles en relation

comments powered by Disqus