A 13:15 dans Internet, Téléphonie

Un classement fantaisiste des débits mondiaux ?

10
AOÛ
2012
Partager cette actu sur :

Données numériques
La France ferait figure de mauvais élève en termes de débit si l’on en croit le rapport publié par Akamai. La moyenne des accès de l’Hexagone pointerait à 4,9 Mb/s, un débit un peu trop bas pour être honnête ?

Akamai, société spécialisée dans les réseaux de diffusion, vient de publier un état des lieux d’Internet pour le premier trimestre 2012. Les données qui nous intéressent particulièrement sont celles des accès et des débits.

En nombre d’accès, la France se classe sixième avec 25,53 millions d’adresses IP recensées. Sans surprise, les Etats-Unis se positionnent en tête avec 146,46 millions de connexions. Viennent ensuite la Chine (92,38 millions) ou encore le Japon (40,51 millions).

Du côté du débit descendant, le classement est complètement différent. Les petits pays à forte densité s’octroient les premières places. La Corée du Sud affiche 15,7 Mb/s, le Japon 10,9 Mb/s, Hong-Kong arrive en troisième position avec 9,3 Mb/s.

A la quatrième place des débits, nous trouvons les premiers pays européens : les Pays-Bas et la Lettonie à 8,8 Mb/s. S’ensuivent la Suisse, l’Irlande, la République Tchèque, la Belgique, la Finlande…

La France apparaît seulement à la trentième place mondiale avec 4,9 Mb/s. Cette moyenne est étonnamment faible par rapport à ce qu’on constate normalement sur les tests de débit. Il est certes difficile de dresser un panorama des débits représentatifs mais les résultats publiés par Akamai laissent vraiment perplexes.

D’une part, la spécificité française du triple play modifie grandement la donne. En effet, le service de télévision prend une bonne partie de la bande passante disponible sur les accès ADSL. Suivant le FAI et la chaîne regardée, on va de 2 à 8 Mb/s réservés pour la TV. De plus, l’étude d’Akamai n’indique pas dans quelles conditions ont été effectuées ces mesures, la méthodologie n’étant pas claire.

Il n’y a donc pas besoin de tirer le signal d’alarme sur le classement de la France. Tout comme nous le constatons avec le baromètre DegroupTest, le débit mesuré est une donnée très relative qui dépend de nombreux paramètres (services audiovisuels actifs, connexion en WiFi, ordinateur utilisé…). Pour rappel, sur les 3,6 millions de tests de débit effectués au deuxième semestre 2011, nous arrivions à une moyenne de 8,64 Mb/s sur les accès fixes français.

FacebookTwitter

FacebookTwitter

Articles en relation

comments powered by Disqus