A 10:56 dans Internet, Téléphonie

Alcatel-Lucent envisage du 300 Méga sur les réseaux cuivre

23
AVR
2010
Partager cette actu sur :

Casper le fantômeAlors que le déploiement de la fibre optique peine à véritablement prendre son essor, Alcatel-Lucent planche sur des solutions alternatives pour apporter le très haut débit au plus grand nombre, en utilisant les infrastructures existantes. Il s’agit notamment du projet « mode fantôme DSL ».

Loin des polémiques concernant les projets de montée en débit des lignes téléphoniques de cuivre de France Télécom, les Bell Labs, les unités de recherche d’Alcatel-Lucent, inventent les réseaux de demain.

Alors qu’en France, l’autorité de régulation peine à mettre en place un cadre réglementaire du déploiement de la fibre optique qui satisfasse l’ensemble des acteurs concernés, le constructeur, déjà impliqué dans le très haut débit mobile, a réalisé une expérimentation sur une seule paire de cuivre DSL permettant d’atteindre « des vitesses de transmission en liaison descendante de 300 mégabits par seconde (Mbps) sur des distances allant jusqu’à 400 mètres (ou 100Mbps sur un kilomètre) ».

De tels résultats seraient rendus possibles grâce à une technologie appelée « mode fantôme DSL » qui permet de créer un canal virtuel remplaçant les deux câbles cuivre, associée à « des techniques standard des télécoms telles que la vectorisation qui élimine les interférences ou les diaphonies entre les câbles cuivre, et la fusion qui permet d’agréger des lignes individuelles ».

femme ordinateur portableLes chercheurs des Bell Labs ont foi en cette technologie qui pourrait permettre aux FAI d’augmenter considérablement la puissance de leurs réseaux tout en conservant des infrastructures existantes. Le « mode fantôme DSL » pourrait alors devenir le complément naturel du FTTH, en offrant notamment la possibilité d’alléger considérablement la facture du très haut débit.

On sait en effet que la Datar a estimé à 30 milliards d’euros les investissements nécessaires pour fournir un accès Internet très haut débit à 100 % de la population française dans les 15 années à venir. L’avenir des réseaux Internet passera-t-il alors par les lignes téléphoniques de cuivre ?

FacebookTwitter

FacebookTwitter

Articles en relation

comments powered by Disqus