A 9:50 dans Bouygues Telecom, xDSL

L’ARCEP recadre Bouygues Telecom pour sa publicité sur l’ADSL

8
DEC
2014
Partager cette actu sur :

L’ARCEP n’a pas apprécié l’usage fait par Bouygues Telecom des  résultats de son étude sur les réseaux. Une semaine après la publication de son observatoire sur la qualité des réseaux Internet fixes, le régulateur s’est fendu d’un communiqué pour rappeler à l’ordre Bouygues Telecom.

FacebookTwitter

Le 25 novembre, l’ARCEP (L’Autorité de Régulation des Communications Electroniques et des Postes) mettait en ligne sur son site son observatoire sur la qualité du service fixe d’accès à Internet pour le premier semestre 2014.

Cette nouvelle étude, toujours en phase beta, porte sur des indicateurs à la fois techniques (débit montant, descendant, temps de réponse) et sur des indicateurs d’usages mesurant la qualité de la navigation (qualité du streaming, téléchargement, navigation).

ARCEP - Observatoire 2014 - Navigation web

D’après les premiers résultats, Bouygues Telecom apparaissait en tête ou ex-aequo sur 15 des 16 critères ADSL mesurés par l’ARCEP. Ainsi, dès le lendemain et, ignorant les recommandations du régulateur national qui précisait bien que cette étude était incomplète,  que la méthodologie et les indicateurs pouvaient varier significativement d’un dispositif à un autre, Bouygues Telecom s’est empressé de publier un communiqué vantant qualité de son réseau fixe.

Une bonne nouvelle qui tombait à point nommé pour l’opérateur qui s’est lancé dans une guerre contre Free dans l’Internet fixe.

Il semblerait que le gendarme des télécoms n’ait pas apprécié l’usage qui a été fait de son étude par Bouygues Telecom. Hier, l’ARCEP a envoyé un avertissement par communiqué de presse à l’agence Reuters visant clairement Bouygues Telecom même si ce dernier n’est pas cité.

L’ARCEP rappelle qu’il ne s’agit que des premiers résultats de la  version-test de son nouvel observatoire de la qualité des services fixes à Internet. « Toute interprétation des données publiées dans ce premier rapport de synthèse doit être faite avec la plus grande prudence », lit-on dans ce communiqué. « Ces premiers résultats ne permettent pas, en particulier, de comparer globalement la qualité de service des fournisseurs d'accès à internet. »

Un rappel à l’ordre

Le ton se veut plus sévère puisque un porte-parole de l’ARCEP est même allé plus loin en déclarant que c’était « un rappel à l’ordre » et que « cette étude n’a pas été conçue pour être exploitée commercialement par les opérateurs. »

Free a tiré le premier

Les remontrances de l’ARCEP arrivent toutefois quelques jours après la mise en demeure de Bouygues Telecom par Free. Dès le lendemain de la publication du communiqué de Bouygues Telecom basé sur les données de l’ARCEP, Free avait porté plainte auprès l’Autorité de la concurrence pour « pratiques commerciales trompeuses ».

L’ARCEP invite à comparer ses résultats

En plus d’avoir mis en garde sur le caractère incomplet de ses résultats, l’ARCEP invitait les utilisateurs de son observatoire à les comparer avec d’autres études de réseaux fixes comme le baromètre des connexions fixes de DegroupTest. Basé sur 3,46 millions de tests de débits, cette étude donne une autre image de la qualité de service fournis par les opérateurs.

En rappelant à l’ordre Bouygues Telecom, l’ARCEP donne un argument de plus  à Free. Ce dernier pourrait se baser sur l’étude de DegroupTest qui plaide plutôt en sa faveur sur l’ADSL.

Source : Reuters
FacebookTwitter

Articles en relation

comments powered by Disqus