A 15:00 dans Fibre optique

L’effondrement du web prévu pour 2023

4
MAI
2015
Partager cette actu sur :

Une étude a révélé que le web tel qu’on le connait actuellement pourrait atteindre ses limites, à moins que le débit considérable qu’il requiert puisse être fourni par les technologies futures.

FacebookTwitter

La fibre optique a ses limites

fibre-optique-connexion-nro

Le système de fibre optique en phase de déploiement en France et sur une grande partie du globe permet de transformer l’information en lumière et donc de la transférer à une vitesse record. Aujourd’hui, le réseau en fibre optique peut supporter près des trois quarts du trafic Internet mondial. Si cette technologie très haut débit tient toutes ses promesses sur papier, elle pourrait néanmoins comporter certaines limites pour les opérateurs.

En effet, le réseau en fibre optique ne peut transférer plus d’informations qu’il n’en transfert déjà. Cependant, la demande elle ne cesse de croître. La solution serait de déployer plus de câbles en fibre optique, mais ce choix mènerait à une montée en flèche des prix.

Une crise du web en 2023 ?

A présent, les experts tirent la sonnette d’alarme. Suite à leurs recherches basées sur le réseau en fibre optique du Royaume-Uni, ils avancent l’idée qu’internet pourrait atteindre son seuil de capacité d’ici 2023.

« Dans les laboratoires de recherches, nous en arrivons au point où nous ne pouvons plus accroître le nombre de données pour une même fibre optique. Son déploiement sur le marché arrive entre six et huit ans après sa sortie du labo – donc d’ici huit ans, ce sera la fin, on ne pourra pas transférer plus de data » affirme le Professeur Andrew Ellis, de l’Université d’Aston à Birmingham.

« (La demande) accroît sans cesse et il est de plus en plus dur de garder une longueur d’avance. A moins de proposer des idées vraiment radicales, nous allons voir les prix augmenter de façon spectaculaire. » a-t-il ajouté.

L’énergie également remis en cause

Si les entreprises de télécommunications parviennent à satisfaire la demande en multipliant les réseaux en fibre optique, c’est l’électricité qui pourrait venir à manquer. Le Professeur Ellis explique : « C’est un problème assez important. Si nous devons entretenir plusieurs réseaux en fibre optique, nous viendrons à manquer d’électricité d’ici 15 ans ».

A savoir que l’utilisation d’Internet consomme à elle seule 2% de la production mondiale d’électricité. Au Royaume-Uni, cela représente 16% de ses ressources en électricité, un chiffre qui double tous les quatre ans.

Le 11 mai prochain, ingénieurs et entreprises de télécommunication se réuniront à la Royal Society de Londres pour discuter des solutions qui permettront d’éviter cette crise du web, ou au moins de la retarder.

Même si ces recherches se concentrent essentiellement sur le réseau en fibre optique du Royaume-Uni, elles soulèvent un problème considérable auquel les acteurs des télécoms et les ingénieurs devront tôt ou tard se confronter dans le reste du monde.

Source : Yibada
FacebookTwitter

Articles en relation

comments powered by Disqus