A 13:02 dans Île-de-France

Les abonnés Numericable bientôt privés d’Internet à Paris ?

2
JUIL
2015
Partager cette actu sur :

Un différend opposant Numericable à la ville de Paris pourrait avoir de lourdes conséquences pour les abonnés du câblo-opérateur. Suite à de multiples mises en demeure, la Ville menace cette fois-ci Numericable de retirer ses installations et par conséquent de couper l’accès à Internet à ses clients.

FacebookTwitter

En 2009, la convention qui fixe les tarifs de l'utilisation des locaux parisiens dans lesquels sont déployées les infrastructures des opérateurs annonçait une augmentation des prix. Pour Numericable, cette augmentation correspondait environ à 62 772€ annuels. Le câblo-opérateur a alors contesté cette augmentation en refusant de signer la convention : « Nous avons un désaccord sur le métrage. Nous ne voulons payer que ce que nous utilisons comme espace. Or la Ville de Paris nous impose de payer toute la surface », explique Jérôme Yomtov, directeur délégué de Numericable-SFR. 8,37 millions d'euros en jeu Outre le refus de paiement de l'augmentation, la Ville a constaté des irrégularités de paiement entre 2008 et 2013. Ainsi, le montant de la somme due à la Ville de Paris par Numericable s'élèverait à 8,37 millions d'euros. Aussi, depuis plusieurs mois, la Ville a envoyé plusieurs mises en demeure au câblo-opérateur, qui a de son côté déposé plusieurs recours. Le 26 juin dernier, la Ville de Paris a envoyé une dernière mise en demeure plus musclée que les précédentes. Numericable est en effet sommé de retirer ses installations d'ici le 10 août prochain, faute de quoi « il pourra être procédé d’office au retrait des installations et à la remise en état des lieux ». Si Numericable refuse de payer ses dettes, ses abonnés parisiens pourraient se retrouver sans Internet ni télévision ou téléphone dès le 11 août prochain. "Il nous paraît de très loin préférable que votre société s'inscrive dans le cadres des règles applicables en matière d'utilisation de l'espace public, et acquitte les redevances qu'elle doit à la Ville de Paris, comme le font d'ailleurs tous les autres opérateurs de télécommunications" ajoute la Ville de Paris dans sa lettre.  

Source : Les Echos
FacebookTwitter

Articles en relation

comments powered by Disqus