Licence 3G : un 4ème opérateur au pied du sapin ?

27
OCT
2009
Partager cette actu sur :

jean-ludovic silicaniLa date de dépôts des dossiers de candidature approche à grands pas et il est de plus en plus évident qu’Iliad, maison-mère de Free, sera seule à postuler pour obtenir la quatrième licence 3G. Interrogé par le Monde, Jean-Ludovic Silicani (photo ci-contre) joue la transparence à propos de l’arrivée d’un nouvel opérateur sur le marché.

A quelques jours de la clôture des dépôts des dossiers dans le cadre de l’attribution de la quatrième licence 3G, le président de l’ARCEP, autorité en charge de désigner l’éventuel nouvel opérateur mobile, revient, dans une interview accordée au Monde, sur les faits marquants de cet appel à candidatures.

Tout d’abord, Jean-Ludovic Silicani s’est appliqué à laver de tout soupçon les membres de l’ARCEP. Ni Matignon ni l’Elysée n’exercent de pression sur l’autorité de régulation.

logo freeEn outre, les propos du Président de la République, qui se disait « sceptique » sur l’entrée d’un opérateur mobile low-cost sur le marché, visant clairement la stratégie de Free, n’influeraient en aucun cas les prises de décisions collégiales de l’ARCEP.

Concernant les manoeuvres répétées des trois opérateurs en place pour retarder l’attribution de la quatrième licence 3G, dont la dernière en date est le dépôts de deux recours de Bouygues Telecom devant le Conseil d’Etat, Silicani les trouve visiblement injustifiées.

En effet, selon lui, le montant de la redevance exigée du nouvel entrant, et fixé à 240 millions d’euros après examen de la Commission des participations et des transferts, correspond non seulement à la bande de fréquences en jeu, mais également à l’état actuel du marché de la 3G.

téléphone crâne radioPar ailleurs, le risque de voir les trois opérateurs en place fragilisés par une politique tarifaire agressive d’un nouvel entrant lui paraît proprement infondé. « L’arrivée d’un nouvel opérateur a peu de risques de déstabiliser les acteurs en place. Certes, elle va probablement les contraindre à baisser leurs marges. Mais si le nouvel entrant engageait une vraie guerre des prix, vu la taille des opérateurs en place, il serait le premier à disparaître » a-t-il déclaré, balayant d’un revers de manche les menaces de réduction des effectifs émanant notamment de Bouygues.

Silicani a également souligné le manque de concurrence sur le marché de la téléphonie mobile français, très axé sur les offres d’abondance et particulièrement avantageux pour les gros consommateurs.

Il a aussi rappelé que l’ARCEP se montrerait intransigeante face au non-respect des obligations de couverture de la population, qu’il s’agisse de celles incombant au nouvel entrant, ou de celles imposées à Orange et SFR.

Sapin de Noël
Enfin, si l’ARCEP n’a qu’un unique dossier de candidature à examiner, sa décision pourrait être connue « avant Noël » ou début 2010. Devant tant de gages de bonne foi, il ne reste plus désormais qu’à attendre pour voir si le Père Noël déposera une licence 3G sous le sapin de Free.

FacebookTwitter

FacebookTwitter

Articles en relation

comments powered by Disqus