A 9:15 dans Internet, Médias

Les Français parmi les champions du piratage

26
JUIL
2011
Partager cette actu sur :

Piratage; pirateIl semblerait qu’il n’y pas que la musique que les Français aiment consommer gratuitement. Avec 39 % de logiciels illicites installés, la France possède un des taux de piratage les plus élevé d’Europe. D’après Business Software Alliance, ce comportement serait à l’origine d’une perte de 1,9 milliard d’euros.

Mais que fait l’Hadopi ? Pendant que la Haute autorité s’échine à traquer les particuliers qui téléchargent le dernier album de Lady Gaga sur les réseaux Peer To Peer, une étude de Business Software Alliance, une association de défense des développeurs de logiciels propriétaires, révèle que la France possède un des taux de piratage les plus élevé d’Europe. En effet, 39 % des logiciels installés en 2010 le sont sans licence et le coût de cette contrefaçon représente un manque à gagner de 1,9 milliard d’euros.

D’après l’association, le piratage de logiciels est simple et très lucratif. Les conséquences pour éditeurs de logiciels sont terribles. D’une part, la contrefaçon réduit à néant les efforts menés en recherche et développement et d’autre part, elle met en danger les droits d’auteur et autres droits associés aux marques.

cyber gendarme lutte contre le piratageLe piratage de logiciel revêt différentes formes. La plus courante consiste en l’installation de logiciel contrefait dans du matériel informatique, cependant le téléchargement est aussi présent. Mais Business Software Alliance révèle que de plus en plus d’entreprise ne s’acquittent plus des droits d’utilisation des logiciels. « Certaines réalisent ainsi 150 copies, alors qu’elles ne disposent de licences que pour 50, » précise Jean-Sébastien Mariez responsable de la Business Software Alliance.

Mais que fait l’Etat ?

Pour lutter contre ce fléau, « le BSA et la Fédération des revendeurs et prestataires informatiques indépendants (FRP2i) se sont associés pour créer des partenariats vertueux avec des acteurs sensibles à la propriété intellectuelle », explique le responsable de BSA. Toutefois, il insiste pour une action plus rigoureuse des autorités judiciaires et de vraies sanctions. Pour ce qui de la lutte contre le téléchargement, l’Hadopi ne traque pas la contrefaçon de logiciels et encore moins le téléchargement direct. Les auteurs, compositeurs et acteurs pèsent-ils plus que les ingénieurs et techniciens en informatique ?

FacebookTwitter

FacebookTwitter

Articles en relation

comments powered by Disqus