A 15:21 dans Téléphonie

Pas de téléphones mobiles pour les enfants à Noël

18
DEC
2008
Partager cette actu sur :

bébé en pleursAu moment où les familles font leurs emplettes de Noël, la ville de Lyon et des associations de consommation et de défense de l’environnement en appellent à la vigilance du public contre les ondes électromagnétiques.

Comme l’année dernière à l’approche des fêtes de fin d’année, une dizaine d’associations, emmenées par Agir pour l’environnement et Priartem, lancent une campagne de sensibilisation contre les méfaits supposés des ondes et pointe du doigt l’inaction du gouvernement.

Intitulée « Portables, antennes relais, wifi. Un nouveau TcherMOBILE ? », cette campagne entend dénoncer les risques potentiels liés aux ondes électromagnétiques. Les associations ont ainsi imprimé 150 000 fascicules et des cartes postales à envoyer en signe de protestation aux ministères de l’Ecologie, de la Santé et de l’Education.

Ces dix associations réclament l’application systématique du principe de précaution dans le domaine des ondes électromagnétiques, qu’il s’agisse de mobiles, de Wi-Fi, de WiMAX ou d’antennes-relais.

Campagne contre mobile Lyon
Moins globale, la campagne de la ville de Lyon cible essentiellement les risques du téléphone mobile sur les jeunes enfants. Ainsi, la municipalité a réalisé des affiches portant la mention « Le portable avant 12 ans, c’est non ! » disséminées aux quatre coins de la capitale des Gaules.

En effet, 2,5 millions de mobiles en moyenne sont vendus aux alentours de Noël. Or, l’an passé, les constructeurs s’étaient montrés particulièrement agressifs en ciblant un public d’enfants très jeunes et la réaction de Roselyne Bachelot, ministre de la Santé, s’était faite attendre.

Ce n’est qu’une fois les fêtes passées – le 2 janvier – que le gouvernement avait communiqué sur les dangers potentiels des téléphones mobiles sur les enfants de moins de 12 ans (voir article).

bébé en pleursPour sa part, Stéphen Kerckhove, délégué général d’Agir pour l’Environnement, regrette que les associations doivent se substituer à l’Etat et salue l’initiative de la Mairie de Lyon. Rappelons cependant qu’aucune étude scientifique ne fait encore autorité sur la question des méfaits des ondes électromagnétiques.

Dans l’attente du rapport de l’OMS, les actions sont isolées (voir article) et parfois contradictoires, tout comme les décisions de justice, optant (voir article) ou non (voir article) pour le principe de précaution.

FacebookTwitterGoogle+

FacebookTwitterGoogle+

Articles en relation

comments powered by Disqus