A 16:04 dans Internet, Médias

News illustrée : Magalie Vaé et la fin du téléchargement illégal

10
DEC
2010
Partager cette actu sur :

Magalie VaéCette semaine, la news illustrée de DegroupNews a chaussé ses bottes de journaliste d’investigation pour vous ramener un scoop de taille : nous avons déniché la nouvelle arme de l’industrie musicale pour lutter contre le téléchargement illégal. Après la riposte graduée, le retour de Magalie Vaé.

Bien décidée à mettre à bas le téléchargement illégal, l’industrie musicale ne recule devant rien. Après avoir réussi à faire voter le principe de la riposte graduée et avoir rendue opérationnelle l’Hadopi, l’univers du disque préparerait une nouvelle attaque contre les pirates du net.

Il ne s’agit pas de hâter la labellisation des logiciels de sécurisation qui permettraient aux abonnés de se prémunir contre le détournement de leur accès Internet, ni même de vendre le concept de riposte graduée aux gouvernements du monde entier, bien que Wikileaks nous révèle que les Etats-Unis sont très intéressés par le concept.

Non, le mode d’action de l’industrie musicale se révèle bien plus pernicieux. Un producteur indépendant vient ainsi de prendre la décision, lourde de conséquences, de donner une seconde chance à Magalie Vaé. Si ce nom ne vous dit rien, c’est que vous avez suivi d’un œil distrait la cinquième saison de la Star Academy qui avait consacré la jeune chanteuse.

Après un premier album pour le moins confidentiel, Magalie Vaé semblait être retournée à ses occupations pré-Star Ac. Néanmoins, dans sa lutte aveugle contre le téléchargement illégal, l’industrie du disque n’a pas hésité à demander à la jeune femme de reprendre le micro afin d’interpréter le morceau La Crapouille (« une sacrée coquine, elle est mignonne, elle est câline » nous apprennent les paroles).

Si même là, des pirates sans vergogne s’entêtent à télécharger le morceau illégalement, c’est à désespérer du genre humain.

Magalie Vaé Musique Téléchargement

FacebookTwitter

FacebookTwitter

Articles en relation

comments powered by Disqus