A 13:51 dans Internet, Marques, Nokia

Le PDG de Nokia serait sur un siège éjectable

21
JUIL
2010
Partager cette actu sur :

olli-pekka kallsvuo pdg de nokiaAlors qu’Apple affiche une santé financière insolente avec une progression de 78 % de ses revenus pour le premier trimestre de cette année, Nokia fait grise mine. Depuis le lancement du premier iPhone, le titre Nokia a perdu 67 % de sa valeur. Pour rassurer les actionnaires en colère, le conseil d’administration pourrait demander la démission du PDG Olli-Pekka Kallasvuo.

Certes, Nokia est toujours le premier constructeur mondial de téléphone mobile (40% de parts de marché), mais ce résultat est l’arbre qui cache la forêt. Le constructeur a très mal négocié le virage des smartphones, ces téléphones qui permettent, entre autres, de surfer sur Internet et qui bientôt vous guideront par GPS ou qui vous permettront d’acheter votre ticket de bus. Ce marché qui représente en France 25 % des ventes est essentiellement dominé par l’iPhone d’Apple, le BlackBerry de RIM et tous les mobiles tournant sous Android, l’OS mobile de Google. Nokia domine le marché des téléphones low-cost mais ne parvient pas à s’imposer sur celui des smartphones.

Nokia N900

Moins de 100 000 exemplaires du N900 ont été écoulés au cours des cinq derniers mois, alors que plus de 3 millions d’iPhone 4 ont été vendus depuis son lancement en juin.

A ce poste depuis 2006, Olli-Pekka Kallasvuo se voit reprocher de ne pas avoir senti le vent tourner et de ne pas avoir su faire face à la concurrence. Depuis la sortie du premier iPhone, l’action Nokia a chuté de 67%, de quoi provoquer la colère des actionnaires.

krach boursier, bourse Les derniers résultats seront publiés le 22 juillet et le PDG finlandais a déjà fait comprendre que les bénéfices seront plus faibles que prévu, de quoi accélérer son départ. Selon Sami Sarkamies, analyste chez Nordea ce départ « suscite l’espoir d’un changement, pas seulement un changement en termes de ressources humaines, mais également un changement stratégique »

« Si cela est avéré, c’est une bonne démarche. Selon moi, Olli-Pekka Kallasvuo a perdu la confiance des investisseurs et c’est donc la meilleure chose à faire pour Nokia », écrit Nick Jones, analyste chez Gartner dans une note.

Entre la confirmation du rachat de la division équipements télécoms et réseaux de Motorola et l’annonce de ce remaniement à la tête de Nokia, le titre clôturait, hier, à 3,14 % à la bourse de Stuttgart.

FacebookTwitter

FacebookTwitter

Articles en relation

comments powered by Disqus