A 9:51 dans Orange

Orange veut casser les prix pour les plus démunis

12
MAI
2009
Partager cette actu sur :

Casse noixOrange n’est pas insensible à la crise. L’opérateur a mis sur pied un forfait mobile à 10 €/mois pour les bénéficiaires des minima sociaux et aimerait avoir l’autorisation de proposer un abonnement triple play à 20 €/mois.

Dans un entretien accordé aux journalistes du Parisien/Aujourd’hui en France, Didier Lombard, actuel PDG de France Télécom, a tenu à souligner que l’opérateur avait un rôle social à jouer, qui s’inscrivait dans la continuité du service universel de téléphonie fixe.

Billet 10 eurosAinsi, Orange proposera bientôt une offre mobile à destination des bénéficiaires du RMI, du RSA (à compter du 1er juillet) ou de l’allocation de parent isolé. Ce forfait bloqué, commercialisé 10 €/mois, donnera accès à 40 minutes de communication et 40 SMS.

En outre, l’opérateur devrait prochainement vendre des téléphones mobiles recyclés à 10 €, de quoi permettre aux plus démunis d’être joignables, ce qui se révèle souvent indispensable dans la recherche d’un emploi.

Ordinateur joie vidéoDe plus, Didier Lombard assure qu’Orange cherche à proposer une offre ADSL équivalente. L’opérateur serait en effet prêt à commercialiser, dès le 1er juillet, un abonnement triple play (Internet, téléphone, télévision) à 20 €/mois pour les allocataires de minima sociaux. Il est cependant nécessaire que les autorités donnent leur accord pour un tel projet.

Enfin, Orange Business Services a mis au point une réduction de 30 % pendant un an sur une sélection d’offres fixes, mobiles et Internet, à l’intention des « auto-entrepreneurs ».

Logo OrangeDans un contexte de crise, le premier opérateur de télécommunications français cherche donc à devenir un acteur incontournable dans l’accès aux communications électroniques des plus démunis, mettant ainsi à profit les bénéfices dégagés par ses nombreuses activités.

C’est également un moyen pour l’opérateur de s’attirer les bonnes grâces de l’opinion publique, alors que ses concurrents se plaignent de son statut monopolistique et multiplient les recours en justice.

FacebookTwitter

FacebookTwitter

Articles en relation

comments powered by Disqus