A 11:15 dans Orange

DegroupNews a visité le centre de supervision mobile d’Orange

27
JUIN
2014
Partager cette actu sur :

logo orangeDegroupNews a eu la chance de visiter le centre national de supervision mobile d’Orange dont la localisation est tenue secrète. L’opérateur nous a dévoilé les moyens techniques mis en œuvre pour assurer un réseau mobile de qualité, comme le prouve la récente enquête de l’ARCEP au sujet de la qualité des services mobiles fournis par les opérateurs.

Logo de l'ARCEPEn début de semaine, le réseau 3G d’Orange récoltait tous les lauriers après une étude publiée par l’ARCEP. Le régulateur a en effet dévoilé les résultats de son enquête sur la qualité des services mobiles fournis par les quatre opérateurs. En première place sur 246 des 258 critères du rapport, Orange dispose d’un réseau mobile de qualité.

« Cette performance rend hommage au travail des équipes techniques qui se mobilisent sans relâche pour conforter notre leadership sur la voix et l’échange de données » se félicite Delphine Ernotte Cunci, Directrice exécutive d’Orange. A cette occasion, DegroupNews a décidé d’aller à la rencontre de ces équipes techniques dans le centre de supervision des réseaux situé à Lyon.

Depuis 2006, le centre de supervision de réseau mobile d’Orange est à Lyon. Cette tour de contrôle est le centre névralgique du réseau de l’opérateur : elle surveille le bon fonctionnement des équipements mobiles sur tout le territoire national. Ainsi, ce sont 80 personnes qui supervisent le jour et 60 personnes la nuit.

©DegroupNews - Centre de supervision mobile

Détection des incidents

La plupart des désagréments que subissent les équipements sont dus à une météo capricieuse (tempêtes, orages, vent, etc.). En 2013, les orages de l’été et les intempéries dans l’Ouest de la France ont donné du fil à retordre aux équipes. Autre source d’incidents : les travaux de voirie qui peuvent entraîner des coupures de câble mettant à mal le réseau.

Lorsque ce type d’incident se produit, l’équipement en question envoie un signal qui est réceptionné à Lyon au centre de supervision. Immédiatement, un système d’alerte sous forme de ticket d’incident est mis en place afin d’alerter les équipes techniques. Les équipes commerciales sont également prévenues pour répondre au mieux aux inquiétudes des clients potentiellement impactés par ces défaillance.


2 000 interventions par semaine

Si le problème ne peut être résolu à distance par les équipes lyonnaises, les équipes locales prennent le relai. En moyenne, les services techniques réalisent 2 000 interventions sur le terrain par semaine. Les incidents sont en général résolus entre 4 et 8 heures après leur détection.


Anticiper la surcharge du réseau

En outre, le centre de supervision a pour vocation d’anticiper les pics de consommation dus à la surcharge du réseau. Ainsi, lors d’événements tels que le 31 décembre ou la fête des Lumières à Lyon, le centre de supervision doit adapter ses équipements pour permettre aux abonnés d’utiliser leur mobile sans subir de panne.

Lors de notre visite, les équipes d’Orange ont insisté sur l’importance des investissements réalisés nécessaires au bon fonctionnement du réseau. « Le réseau représente 50% des investissements annuels (11,9% du chiffre d’affaire) dans le déploiement et l’entretien des réseaux existants 3G/3G+/H+ et des réseaux très haut débit 4G/FTTH » explique l’opérateur.

Permanence, réactivité, moyens humains conséquents, investissements : Orange ne laisse rien au hasard. Suite à cette visite, force est de constater que l’opérateur met tout en œuvre pour que son réseau mobile soit numéro 1, comme le confirme cette année le rapport de l’ARCEP.

FacebookTwitter

FacebookTwitter

Articles en relation

comments powered by Disqus