A 14:41 dans Internet

La presse quotidienne veut taxer les FAI

21
FEV
2012
Partager cette actu sur :

presse web sur tablette journalAprès le monde du cinéma et de la musique, c’est autour de la presse en ligne de demander une contribution aux acteurs du numérique à commencer par les FAI. A l’occasion de l’élection présidentielle, la presse quotidienne demande aux candidats de mettre en place un système de redevance pour financer les sites d’informations sur Internet

Partant du constat que la presse en ligne contribue significativement au succès du numérique, le syndicat de la presse quotidienne (SPQN) entend profiter de la période électorale pour demander aux candidats de mettre en place un système de redistribution en taxant fabricants d’électronique, moteurs de recherche et fournisseurs d’accès Internet afin de financer la presse web.

Six des sept premiers sites d’informations en France sont issus de la presse écrite. Quant aux portails d’Orange et de Yahoo!, classés respectivement deuxième et huitième, 30 % à 40 % de leurs contenus proviennent de la presse écrite, de l’AFP ou de groupes audiovisuels. Sans parler des moteur de recherche comme Google actualités qui tirent 72 % de leur contenus de sites d’actualités.

poches videsPourtant, malgré ce succès, la presse web ne tire guère de profit. Hormis quelques sites qui parviennent à vivre avec leurs abonnés comme Mediapart, les sites web d’informations sont des modèles économiques très fragiles voire déficitaires. Même si la presse numérique a généré, en 2010, 280 millions d’euros dont 84 % provenant de la publicité, l’essentiel des revenus de l’industrie numérique revient aux FAI, aux portails et aux moteurs de recherche (Google pour ne pas le nommer).

Pour le syndicat, le principe serait simple. Tous ces acteurs devraient être assujettis à une redevance à l’image de la redevance pour copie privée. L’argent récolté serait ensuite redistribué aux sites d’informations en ligne. Le SPQN estime pouvoir récolter 140 à 150 millions d’euros. D’après le journal Les Echos, le SPQN aurait déjà reçu des avis favorables de la part de parlementaires.

Taxe, impôtsLors de ses vœux à la presse, le Président de la Rébublique semblait avoir pris conscience de la menace qui pesait sur la presse écrite et web. Rappelons que sans presse indépendante, il n’y a plus de démocratie.

FacebookTwitter

FacebookTwitter

Articles en relation

comments powered by Disqus