A 11:41 dans Bouygues Telecom

Rachat de Bouygues Telecom par SFR : faut-il craindre une hausse des prix ?

23
JUIN
2015
Partager cette actu sur :

En proposant 10 milliards d’euros pour le rachat de Bouygues Telecom, Patrick Drahi, le patron de Numericable-SFR, est sur le point de conclure l’affaire. Le passage à trois opérateurs va-t-il entraîner une augmentation des prix ? La réaction de la bourse hier est un bon indicateur…

FacebookTwitter

La consolidation dans le secteur des télécoms, c'est-à-dire un retour à trois opérateurs mobiles, est sur le point de voir le jour. Souvenez-vous, c'était le bon vieux temps où Free n'existait pas dans le mobile et où les trois opérateurs s'étaient vu infliger une amende de 500 millions d'euros pour entente illicite. C'était aussi le temps des forfaits avec des quotas de SMS, des engagements de 24 mois, des forfaits à 40 €/mois en moyenne et enfin, l'absence de forfaits illimités.

Petit rappel : le passage de trois à quatre opérateurs a fait baisser la facture mobile de 30%. Tout le monde se souvient du fameux tweet d'Arnaud Montebourg vantant (avant de changer d'avis) l'action de Xavier Niel pour le pouvoir d'achat des Français.

 Si en ce moment une majorité de personnes pense que c'était mieux avant, il n'est pas sûr que cela se vérifie dans les télécoms. Alors, avec le rachat de Bouygues Telecom, il est légitime que le consommateur se demande si sa facture de téléphonie mobile et d'Internet va augmenter.

Que s'est-il passé à l'étranger ?

Une étude publiée par l'IDATE révèle qu'à chaque consolidation du secteur des télécoms dans un pays européen, les prix ont augmenté. En Autriche, le rachat d'Orange par Hutchinson (passage de 4 à 3 opérateurs) s'est traduit par une augmentation de 20% des tarifs. En Irlande, le même Hutchinson qui a racheté son concurrent O2 vient d'augmenter de 25% le prix de ses abonnements. Seul le Royaume-Uni a continué à voir ses tarifs baisser lors du passage de 5 à 4 opérateurs.

Quel scénario possible ?

Selon tout vraisemblance, si Numericable-SFR rachète Bouygues Telecom, Free hériterait d'une partie de son réseau mobile mais ce dernier ne représentera que 7% du marché mobile contre 43% pour Orange et 50 % des revenus pour Numericable-SFR. Si Free est bien celui qui a provoqué une chute sans précédent des prix dans la téléphonie mobile, il faut reconnaître que Bouygues Telecom est celui qui anime le marché depuis plus de 18 mois, notamment sur l'Internet fixe avec l'offre Bbox Miami à 25,99€/mois voire son  offre B&You à 19,99€/mois. Aucun opérateur n'a osé s'aligner sur ce tarif. Quant à Free, s'il possède toujours l'offre AliceADSL à 19,98€/mois, on ne peut pas dire qu'il s'en vante. Donc, qui dit moins de concurrence dit augmentation des prix et l'élimination du casseur de prix ne pourra qu'entrainer une hausse des prix des abonnements mobiles et Internet.

Sur l'Internet fixe, il ne faudra pas compter sur Free pour casser les prix, sa dernière offre la Freebox Mini 4K est proposée à 29,99€/mois, loin des 25,99€ de la Bbox Miami. Quant à SFR-Numericable, son but est clairement de remonter ses marges. D'ailleurs, ses tarifs ont déjà commencé à augmenter.

Le gouvernement au secours des consommateurs ?

Depuis, dimanche les ministres se succèdent pour évoquer leurs inquiétudes. Emmanuel Macron et Michel Sapin sont tous les deux montés au créneau pour exprimer leur crainte d'un tel projet. Cependant, s'inquiètent-ils pour le pouvoir d'achat des Français ou pour les recettes de l'Etat ? Il faut reconnaître que le timing choisi par Patrick Drahi n'est pas le plus favorable pour le gouvernement. La fusion SFR-Numericable-Bouygues Telecom intervient au moment où l'Etat s'apprête à mettre aux enchère son nouveau lot de fréquences 4G. Avec un acteur en moins et des opérateurs venant de dépenser des milliards (10 milliards pour SFR,  2 milliards pour Free), on peut comprendre les inquiétudes du gouvernement. Enfin, n'oublions pas qu'en cas d'augmentation généralisée des forfaits, l'Etat est aussi gagnant avec la TVA.

Oui les prix  vont augmenter

Il ne faut pas se faire d'illusion, le temps des forfaits à 20 €/mois touche à sa fin. D'ailleurs, pour faire passer la pilule, une phrase revient en boucle : "Les Français profitent des prix les plus bas d'Europe". Deuxième argument en faveur d'une remontée des prix : les investissements. Il faut investir dans les réseaux de demain (fibre optique, 5G). La hausse des tarifs est donc inéluctable, le tout est de connaître son montant.

FacebookTwitter

Articles en relation

comments powered by Disqus