Blackberry : nouvel ultimatum en Inde

12
OCT
2010
Partager cette actu sur :

Blackberry India Après avoir trouvé un accord avec l’Arabie Saoudite et les Emirats Arabes Unis, RIM aurait obtenu de nouveaux délais en Inde afin de permettre aux autorités locales d’accéder aux données chiffrées échangées entre Blackberry. L’infrastructure de RIM présenterait en effet un danger pour la sécurité du pays.

Au début du mois d’août, le système d’échange de données des Blackberry de RIM provoquait la colère des autorités saoudiennes et émirati.

Les deux pays du Golfe reprochaient au constructeur canadien de recourir à des données chiffrées via des serveurs situés aux Etats-Unis, au Canada et au Royaume-Uni, rendant tout contrôle sur les communications impossibles.

Bien qu’un compromis ait été trouvé avec l’Arabie Saoudite au bout de quelques jours et que les Emirats Arabes Unis viennent d’annoncer que la situation était régularisée et qu’aucune sanction ne serait prise contre RIM, la bronca des pays du Golfe a réveillé de vieux conflits, notamment en Inde.

Le vaste pays du sous-continent asiatique estime en effet que ce sont les communications sur réseaux mobiles qui ont rendu les attentats de 2008 à Bombay possibles. RIM s’est donc dans un premier temps engagé à fournir un accès partiel aux données échangées sur son réseau aux autorités indiennes.

Bollywood Inde Cela n’a cependant pas été jugé suffisant et RIM s’est vu octroyé un délai supplémentaire jusqu’au 31 octobre. Or, il semblerait que l’Inde ne soit pas encore satisfaite des concessions consenties par le constructeur de Blackberry, puisqu’une nouvelle date butoir a été fixée au 31 janvier 2011.

Il y a fort à parier que RIM fera tout son possible pour utiliser au mieux ce sursis de 90 jours. On voit mal comment le constructeur canadien pourrait se priver des considérables opportunités économiques offertes par un pays où la téléphonie mobile est en plein essor.

FacebookTwitter

FacebookTwitter

Articles en relation

comments powered by Disqus