A 11:18 dans Internet, Médias

Le Royaume-Uni valide son Hadopi

7
MAR
2012
Partager cette actu sur :

Drapeau du Royaume-Uni, AngleterreL’Hadopi fait des émules. Malgré le recours des fournisseurs d’accès Internet britanniques British Telecom et TalkTalk, le Royaume-Uni a adopté le Digital Economy Act, une loi Hadopi qui permet de couper l’accès Internet mais aussi de fermer des sites incitant au téléchargement.

En matière de lutte contre le téléchargement illégal, les Britanniques préfèrent la méthode française à la méthode espagnole. Bien que deux FAI, British Telecom et TalkTalk, aient déposé un recours contre le Digital Economy Act, arguant qu’il ne respecterait pas le droit européen, la cour de Justice britannique l’a adopté.

Après deux ans de procédures, le gouvernement de David Cameron a obtenu le feu vert pour appliquer cette loi Hadopi britannique. Comme ce qui se fait en France, après l’envoi de lettres d’avertissement, le gouvernement pourra contraindre les FAI à couper l’accès au web aux internautes accusés de partage de fichiers illégaux. En outre, cette loi permet de fermer les sites incitant au piratage. Par exemple, des sites proposant des liens vers des films, de la musique ou des contenus en streaming (comme Libertyland en France) pourront être fermés.

Geoff Taylor, directeur général de British Phonographic Industry et représentant des ayants-droit, a salué cette décision : « Le recours contre la loi a provoqué une année supplémentaire de dommages contre les musiciens et les créateurs. »

Entre la fin de Megaupload, la montée en puissance de l’Hadopi en France et maintenant la mise en œuvre de la riposte graduée au Royaume-Uni, le téléchargement illégal semble vivre ses derniers moments.

FacebookTwitter

FacebookTwitter

Articles en relation

comments powered by Disqus