A 10:35 dans Internet, Téléphonie

L’ARCEP se penche sur le prix des SMS

17
JUIL
2008
Partager cette actu sur :

logo ARCEPL’ARCEP, à la demande de Luc Chatel, fait le point sur les tarifs des SMS et des échanges de données pratiqués par les opérateurs téléphoniques en France ainsi que sur leurs tarifs de roaming. On s’aperçoit alors que malgré une consommation en constante augmentation, les prix ont une fâcheuse tendance à stagner.

Les échanges de SMS :

Sauvés par le gongBien qu’ils n’aient connu un essor qu’à partir de 1999, les SMS sont aujourd’hui un service mûr, un service de base des offres de téléphonie mobile. Depuis 2001, le trafic de SMS a augmenté en France de 575 %, atteignant 19 milliards de messages échangés en 2007. Avec une majorité d’utilisateurs âgés de moins de 30 ans, la communication par SMS, si elle touche toutes les couches de la population, rencontre néanmoins son plus grand succès parmi les plus jeunes. De plus, l’ARCEP souligne que l’augmentation récente du volume de SMS échangés est due à la mise en place de plus en plus systématique par les opérateurs d’une tarification forfaitaire.

Néanmoins, malgré cette consommation en continuelle expansion, l’autorité de régulation constate que le prix unitaire d’un SMS hors forfait en heure pleine n’a pas changé depuis l’été 2004 chez les trois opérateurs mobiles français : il est de 0,13 € chez Orange, de 0,12 € chez Bouygues Télécom et atteint 0,15 € chez SFR. De même, les prix des SMS à l’unité hors forfait sont stables chez les MVNO. Cependant l’ARCEP souligne que ceux-ci ont mené une politique de rupture des tarifs dès leur apparition sur le marché comme le montre le tableau suivant :

Tableau 1 ARCEP SMSSource : Etude de suivi des tarifs pour le compte de l’ARCEP et Données opérateurs
Cliquez sur l’image pour l’agrandir

En outre, malgré la baisse des tarifs de gros de 2006, l’ARCEP s’étonne que le prix unitaire des SMS au sein des offres forfait bloqué ou carte prépayée soit resté le même, ce que mettent en avant les deux tableaux suivants :

ARCEP SMS 2Cliquez sur l’image pour l’agrandir

ARCEP SMS 3Cliquez sur l’image pour l’agrandir

Il faut en revanche souligner l’initiative audacieuse du MVNO Virgin Mobile qui propose depuis mars 2008 un forfait bloqué dans lequel le SMS est facturé 0,01 € l’unité, « ce qui correspond à une tarification de très forte rupture vis-à-vis du marché ».

Cependant, afin de contrebalancer ces chiffres peu satisfaisants, l’ARCEP rappelle que la consommation de SMS à l’unité est en diminution au profit d’offres forfaitaires ou d’abondance.


La situation n’est pourtant guère plus satisfaisante du côté des offres forfaitaires. En effet, face à l’absence de refonte des forfaits SMS, l’ARCEP note une stagnation des prix, à l’exception de deux cas. En avril 2006, SFR a augmenté de 20 % le nombre de SMS disponibles par forfait sans modifier ses prix, ce qui revient à une baisse du tarif unitaire du SMS, et en 2005, Bouygues Télécom a transformé son offre de 60 SMS à 6 € pour un forfait de 50 SMS à 4,50 €, ce qui correspond à une baisse de 10 % du prix du SMS.

Ainsi, la variété des offres ne se matérialise pas par la baisse des tarifs mais par une augmentation du nombre de SMS disponibles au sein du forfait, ce qui donne notamment naissance à une grande variété de forfaits SMS illimités. Les deux baisses successives de terminaison d’appel SMS en juillet 2005 et en septembre 2006 ont d’ailleurs joué un rôle moteur dans le développement d’offres illimitées de SMS vers tous les opérateurs, ce que mettent en exergue les deux tableaux suivants :

ARCEP SMS 5Cliquez sur l’image pour l’agrandir
SMS on-net = destinataire et émetteur du SMS sur le même réseau
SMS all-net = SMS émis vers tout opérateur

ARCEP SMS 6Cliquez sur l’image pour l’agrandir

Selon l’ARCEP, le prix à l’unité reste élevé malgré la diminution des charges de terminaison d’appel. En effet, dans l’étude comparative réalisée au niveau européen par Mobile Communications Europe, les prix à l’unité pratiqués en France en post-payé, pour tous types de consommateurs, et en prépayé, en ce qui concerne les gros consommateurs uniquement, sont supérieurs à la moyenne européenne. De plus, la concurrence à laquelle se livre les opérateurs en termes de volume de SMS mais non en termes de prix ne profite pas aux consommateurs occasionnels.

L’ARCEP souhaite en parallèle que les MVNO jouissent d’une plus grande autonomie technique et tarifaire afin qu’ils puissent conserver et développer leur rôle d’innovateurs sur les prestations SMS à l’unité.

Viviane RedingEn ce qui concerne le tarif des SMS consommés à l’étranger, en regard de la moyenne des prix pratiqués par les opérateurs mobiles européens que l’ERG (le groupe des régulateurs européens) estime à 0,29 €, les opérateurs français ne se distinguent pas. Orange France facture les SMS en roaming à 0,28 € et SFR et Bouygues Télécom à 0,30 € depuis le 1er janvier 2005. Mis à part l’effort notable de Tele2 Mobile avec un SMS en roaming à 0,25 €, les prix restent deux fois supérieurs à ceux pratiqués pour l’envoi d’un SMS sur le territoire métropolitain. Dans de telles conditions, l’ARCEP ne peut qu’encourager l’initiative de la commissaire européenne en charge de la Société de l’Information, Viviane Reding, qui prévoit, face à l’immobilisme des opérateurs téléphoniques, de réguler les tarifs de roaming des SMS au niveau européen (voir article).


Les échanges de données (data) :

Envoi de mailA côté du marché bien implanté que représentent les échanges de SMS se développent les échanges de données – ou data, pour les latinistes. Ces échanges recouvrent des activités aussi variées que l’envoi de MMS, de mails ou de messages instantanés ainsi que les téléchargements les plus divers allant des sonneries à la TV en passant par les jeux, la musique ou les fonds d’écran.

L’ARCEP constate que la segmentation tarifaire est « relativement fine » entre les prestations pour consommateurs occasionnels et les offres d’abondance. Pour l’instant encore peu développé, l’échange de data devrait s’intensifier avec la diffusion d’offres illimitées.

Pour ce qui est des échanges de données en itinérance en Europe, l’ARCEP relève trois types de facturation :

  • les offres au compteur qui varient en fonction du volume téléchargé ou du temps de connexion,
  • la tarification à l’acte
  • et les forfaits spécifiques.

L’autorité de régulation déplore surtout le peu d’information dont dispose le consommateur face à ces nouveaux modes de communication et s’inquiète de l’absence de maîtrise de l’abonné sur sa consommation. On sait en effet qu’Orange n’envoie un message d’alerte à ses abonnés que tous les 50 € consommés ! (voir article)

Sonnerie Mobile
Néanmoins, contrairement à ce qu’elle préconise pour le tarif des SMS, l’ARCEP ne souhaite pas une régulation tarifiaire des échanges de data au niveau européen qui pourrait être dommageable à l’essor du marché mais appelle de ses voeux une plus grande transparence de la part des opérateurs.

Conclusion :

En ce qui concerne les SMS, les prix restent élevés et seuls les MVNO semblent aptes aux yeux de l’ARCEP à maintenir un jeu concurrentiel bénéfique aux petits consommateurs si on leur permet d’acquérir une plus grande autonomie par rapport aux opérateurs dont ils dépendent. En outre, une intervention européenne est plus que souhaitable afin de faire considérablement baisser les tarifs de roaming appliqués aux SMS.

Concernant l’échange de data, l’ARCEP envisage un développement plus large pour ce mode de communication si des offres illimitées se montrent financièrement avantageuses et si une plus grande maîtrise de leur consommation est accordée aux abonnés.

Cette étude ayant été remise au secrétaire d’Etat chargé de l’industrie et de la consommation, Luc Chatel, il lui appartient à présent de mettre les mesures en oeuvre pour faciliter le libre jeu de la concurrence et faire baisser les prix au bénéfice du consommateur.

FacebookTwitter

FacebookTwitter

Articles en relation

comments powered by Disqus