A 10:54 dans Bouygues Telecom, Orange

Stéphane Richard plaide en faveur de la fusion avec Bouygues Telecom

13
JAN
2016
Partager cette actu sur :

Engagé dans des tractations pour le rachat de Bouygues Telecom, Stéphane Richard n’entend pas faire n’importe quoi. A l’occasion de ses vœux, le patron d’Orange a expliqué ses motivations pour un tel rapprochement.

FacebookTwitter

La fusion entre Orange et Bouygues Telecom semble sur la bonne voie, la volonté étant présente de part et d'autre.  Toutefois, pour que le retour à trois opérateurs ait lieu, il faudra convaincre l'Autorité de la concurrence de son intérêt. Lors de ses traditionnels vœux Stéphane Richard à plaider pour cette consolidation tant voulue. « Les opérateurs européens sont dans une situation de fragilité, lorsqu’on les compare à leurs homologues des autres continents. L’investissement aux Etats-Unis par personne est le double de ce qu’il est en Europe. Telle que l’industrie est composée aujourd’hui, elle ne permet pas d’investir pour réaliser la révolution digitale que tout le monde souhaite. L’Europe n’est pas en avance sur la 4G ou autres avancées. En Chine, China Telecom investit 10 points de plus de son chiffre d’affaires qu’un opérateur européen  »,  s'est ému le PDG d'Orange.

Bien qu'il se veuille très optimiste, Stéphane Richard se veut aussi prudent. Pour lui, l'opération a une chance sur deux d'aboutir en raison de sa complexité. En effet, pour lui cette opération doit être "créatrice de valeur pour Orange" .

En lisant entre les lignes du discours, le patron d'Orange s'est exprimé à la fois comme un homme d'affaires qui négocie « Autant en 2014, c'est effectivement votre serviteur et Orange [...] qui sont allés trouver M. Bouygues pour lui proposer un rapprochement [...] autant cette fois-ci ce n'est pas moi qui ai pris cette initiative, c'est Martin Bouygues lui-même » mais aussi comme un homme politique qui doit rassurer les consommateurs, l'Autorité de la Concurrence et le personnel des deux entreprises.

Pas d'augmentation des tarifs

Stéphane Richard se veut donc rassurant sur les prix des abonnements : « En aucune manière le consommateur ne subira les conséquences de ce rapprochement par une hausse des prix. Les prix ont déjà baissé de 50 % depuis 2012, ceci est acquis et sera irréversible. » Quant aux risques de casse sociale (point d'achoppement lors des négociations avec Altice, la holding de Patrick Drahi), là aussi, les 7 000 employés de Bouygues Telecom ont des raisons de ne pas s'inquiéter.« Les salariés de Bouygues Telecom sont 7 000, et nous avons 20 000 départs à la retraite prévus. Ce sont des ordres de grandeur qui ne vont pas nous poser de problème majeur », a déclaré Stéphane Richard.

Il faut croire que tout le monde est rassuré puisque le cours d'Orange a grimpé de plus de 5,5% en deux jours.

Source : Reuters
FacebookTwitter

Articles en relation

comments powered by Disqus