A 15:13 dans Vidéos

Téléchargement illégal : nouveau « plan d’action » du gouvernement

12
MAR
2015
Partager cette actu sur :

A l’occasion du conseil des ministres, Fleur Pellerin, ministre de la Culture et de la communication, a dévoilé un plan d’action pour lutter contre le piratage.

FacebookTwitter

Ces dernières années, le gouvernement s’est attaqué avec l'Hadopi au téléchargement et au streaming illégal. Malgré l'augmentation du nombre de sites de musique en streaming et des plateformes de vidéo à la demande légaux, le piratage des œuvres culturelles continue à peser sur les ventes de contenus.

Hier, au conseil des ministres, Fleur Pellerin a lancé le plan d'action visant à épauler l'Hadopi et à renforcer la lutte contre le piratage.

fleurpellerintwitCouper les vivres aux sites pirates

Le compte rendu du conseil des ministres prévoit « l’assèchement des modes de financement des sites spécialisés dans la contrefaçon d’œuvres sur internet ». Pour ce faire, le gouvernement va mettre en place une charte entre les publicitaires et les ayants-droit des œuvres culturelles le 23 mars prochain. Ainsi, les publicités apparaissant sur les sites pirates ne viseront plus directement les Français. Par ce procédé, le gouvernement espère assécher le financement des sites illégaux. Allons-nous arrêter de voir de la publicité pour le recrutement de professeurs de l’Éducation nationale sur libertyland.tv ?

En outre, le gouvernement va entamer des négociations en juin prochain avec les acteurs du paiement en ligne (PayPal, Visa, Mastercard…) pour mettre en place une deuxième charte qui les engagera probablement à ne pas collaborer avec les sites pirates.

Un blocage de sites encore à améliorer

La deuxième partie du plan d’action implique qu’un site litigieux puisse être bloqué plus rapidement. Des magistrats référents seront donc nommés dans les prochains mois pour traiter spécifiquement « les affaires de contrefaçon les plus complexes ».

Cette mesure s’éloigne grandement des attentes des ayants-droit qui espéraient voir le blocage d’un site possible sans le recours à la justice. En effet, le blocage d’un site n’empêche pas sa réapparition en site « miroir ». C’est notamment ce qui s’est passé pour The Pirate Bay, remis en ligne sous un autre URL peu de temps après avoir été bloqué.

Le gouvernement s'attaque aux hébergeurs

Le plan d’action semble donc cibler ceux qui diffusent un contenu illégalement, plutôt que ceux qui le consomment comme le fait l’Hadopi. Parallèlement à cet arsenal répressif (Hadopi, interdiction de publicité sur les sites pirates, blocage du paiement en ligne), le gouvernement déploie également des outils pédagogiques comme celui visant à informer les internautes de la disponibilité des films sur les plateformes de VOD.

Source : NouvelObs
FacebookTwitter

Articles en relation

comments powered by Disqus