A 10:25 dans Internet, Téléphonie

Offres Internet : le gouvernement va réglementer la publicité liée au débit

3
OCT
2013
Partager cette actu sur :

Carton rougeLa dernière publicité de Xavier Niel semble être la goutte d’eau qui fait déborder le vase. Le gouvernement a décidé de publier un arrêté encadrant les publicités des opérateurs concernant leurs offres Internet, notamment celles vantant leur débit. Le terme magique « jusqu’à » qui leur permettait de promettre des débits inatteignables n’en a peut-être plus pour longtemps.

Le gouvernement semble avoir pris conscience des dérives des publicités des opérateurs sur leurs offres Internet, en particuliers lorsqu’il s’agit de débit.
Cet été, une étude de la Commission européenne pointait du doigt l’écart entre le débit annoncé pour par les publicités des opérateurs européens et celui obtenu réellement avec les offres haut débit. Dans ce classement, la France faisait vraiment figure de mauvais élève puisque le débit fourni par les opérateurs n’atteint que 40% du débit promis. Toutefois, les offres très haut débit ne sont pas concernées puisqu’en règle générale, les opérateurs tiennent leurs promesses.

Cette étude révélait notamment que les publicitaires avaient recours massivement au terme « jusqu’à » (jusqu’à 100 Mbit/s, jusqu’à 1 Gbit/s) qui les protège de toute action en justice.

Free et SFR les provocateurs

Cette semaine, Free, suivi de près par SFR, a mis en avant sur son site son offre très haut débit à 1 Gbit/s. Aussitôt, le gendarme des télécoms, l’ARCEP, s’est fendu d’un communiqué critiquant l’opérateur en précisant que sa publicité était « de nature à induire en erreur les utilisateurs sur le service que va leur apporter leur FAI. » Aujourd’hui, Orange emboîte le pas de ses concurrents sur ses offres VDSL2.

Débits promis par des opérateurs français

Le gouvernement siffle la fin de la récré

Devant cette surenchère et sentant que les consommateurs ne s’y retrouvent plus, la direction de la répression des fraudes (DGCCRF), la ministre déléguée à l’Economie numérique, Fleur Pellerin, et le ministre délégué à la Consommation, Benoît Hamon s’apprêtent à publier un arrêté qui encadrera les publicités concernant les offres Internet des opérateurs à la fin de l’année.

Les Echos rapportent que Free a déjà réagi au communiqué de l’ARCEP. « Nous aimerions que la vigilance de l’Arcep s’exerce avec la même rigueur vis-à-vis des offres des autres opérateurs et notamment en ce qui concerne la 4G », a déclaré Maxime Lombardini, le directeur général d’Iliad, la maison mère de Free. Il est vrai que ce qui est valable pour le haut débit mobile l’ est aussi pour le très haut débit mobile. L’arrivée de la 4G semble aussi provoquer le même accès de fièvre chez les opérateurs.

Vérifiez votre ligne avant de souscrire à une offre

Logo DegroupTest : Application de test de débit Nous rappelons qu’il existe des outils pour connaître le débit qu’un opérateur est capable de fournir sur une ligne avant de souscrire à une offre. DegroupTest.com propose d’effectuer gratuitement un test d’éligibilité. Par ailleurs, il est aussi possible de vérifier la qualité de sa connexion en permanence en effectuant des tests de débit. Hélas, les moyens de recours, en cas de mauvaise connexion sont quasiment inexistants. Les meilleures solutions consistent souvent : à changer d’opérateur, passer au satellite ou déménager.

Signalétique AVICCA

En attendant, que l’on oblige les opérateurs à garantir un débit minimum,ou que le prix de l’abonnement dépende du débit (à la manière de l’abonnement EDF) le gouvernement pourrait s’inspirer de l’idée de l’AVICCA (l’Association des Villes et Collectivités électroniques et l’Audiovisuel) qui préconise l’adoption d’une signalétique simple et claire pour les débits Internet.

FacebookTwitter

FacebookTwitter

Articles en relation

comments powered by Disqus