A 13:54 dans Free

Le Troll de la semaine : Free Mobile et la presse

23
NOV
2012
Partager cette actu sur :

Homme en colère Mobile Les yeux poilus de notre détecteur de troll ont été attiré par un événement un peu inhabituel. Solveig Godeluck, journaliste aux Echos, a été mise en examen pour diffamation suite à une plainte de Free Mobile. Son article relatait les propos de Didier Casas, secrétaire général de Bouygues Telecom, qui se montrait offensif à l’encontre de Free.

La nouvelle s’est répandue comme une traînée de poudre sur Twitter : Solveig Godeluck a été mise en examen suite à une plainte de Free Mobile. Qu’a donc pu faire cette journaliste des Echos dont les articles n’ont jamais de parti pris ?

Dans un article daté du 1er mars 2012, Didier Casas, secrétaire général de Bouygues Telecom, déclare : « l’Arcep a choisi de ne tirer aucune conséquence réglementaire de la décision de Free Mobile de ne pas investir dans un vrai réseau, qui rende un vrai service à ses clients. Si tout cela était confirmé, avec la notion nouvelle de réseau vide qui couvre, on pourrait désormais remplir les obligations de sa licence sans dépenser d’argent pour son réseau. »

Logo de Free MobileUne semaine plus tard, un mail provenant d’Iliad envahit les boîtes aux lettres de nombreuses rédactions et sites d’informations :« A compter de ce jour, Free Mobile attaquera en justice toute personne dénigrant la réalité de sa couverture ou de ses investissements. Depuis le 10 janvier, le marché français du mobile est concurrentiel et les Français s’en réjouissent, il faut l’accepter. »

La menace a donc été mise à exécution mais un détail fait tiquer : Solveig Godeluck est mise en examen pour diffamation tandis que Didier Casas a été entendu en qualité de « témoin assisté ». Toutefois, Xavier Niel indique dans les colonnes du Monde : « La plainte n’est pas dirigée contre un journaliste, mais contre les propos d’un concurrent. Par le passé, j’ai porté plainte contre Libération, ce qui a entraîné une interpellation violente de Vittorio de Filippis. Je n’ai tiré aucune fierté de cet épisode et j’ai arrêté avec ces bêtises. Dans le cas de l’article des Echos, il s’agit de concurrents qui tiennent des propos diffamants et agressifs. »
Troll
Vu que la plainte vise la journaliste des Echos et non le représentant de Bouygues Telecom, on se demande de quel « concurrent » parle Xavier Niel. Celui du Monde, dont il est actionnaire, ou de Free, qu’il a fondé ?

FacebookTwitter

FacebookTwitter

Articles en relation

comments powered by Disqus