A 16:14 dans Google, Internet, Marques

Troll de la semaine : Google et Verizon se partagent le net

6
AOÛ
2010
Partager cette actu sur :

Jennifer Garner ALIASCette semaine, notre troll enfile une combinaison noire et une perruque blonde et se prend pour Jennifer Garner dans la série ALIAS. En effet, alors que chacun vaque à ses occupations estivales, Google et Verizon prépareraient dans le plus grand secret la fin de la neutralité du net. Ambiance espionnage et complot garantie.

C’est par le New York Times que le scandale est arrivé. Le prestigieux journal américain révèle en effet dans son édition du 4 août 2010 que Verizon, opérateur fixe et mobile, et Google auraient secrètement mené des tractations et seraient sur le point d’aboutir à un accord.

Les termes de ce partenariat stipuleraient que Verizon s’engage à mettre en avant les contenus des différents sites de la firme de Mountain View auprès de ses abonnés Internet en échange de monnaie sonnante et trébuchante. C’en serait alors fini de la sacro-sainte neutralité des réseaux à laquelle le gouvernement américain s’est dit si attaché.

Troll

Là où l’entreprise paraît particulièrement cocasse, c’est que la rétribution de Verizon pourrait être en partie assurée par les sites de Google comme YouTube, mais également par les abonnés eux-mêmes. Ainsi, les internautes seraient amenés à financer de leur poche la mise en place du filtrage du net.

En outre, la révélation de ce conciliabule entre les deux géants de l’Internet américain intervient à une période charnière pour les Etats-Unis. Au mois d’avril dernier, la FCC, Federal Communications Commission, a été désavouée par la justice face au câblo-opérateur Comcast.

Le jugement rendu empêche désormais la FCC d’imposer à des acteurs privés des règles commerciales et techniques allant à l’encontre des intérêts particuliers de l’entreprise. L’autorité de régulation a donc été contrainte de mettre sur pied des rencontres avec les acteurs de télécoms américains afin d’obtenir un consensus autour de règles communes.

Daniel Craig James Bond 007Or, les rendez-vous secrets de Verizon et de Google mettent à mal l’autorité que tente péniblement de restaurer la FCC. Son président, Julius Genachowski, a d’ailleurs vivement critiqué toute tentative de contrevenir à la neutralité des réseaux.

De leur côté, les deux compagnies prises en flagrant délit de complot nient vigoureusement les desseins qui leur sont prêtés. Selon Verizon, les conclusions du New York Times sont une incompréhension totale du but recherché. Du côté de Google, on affirme qu’il n’a jamais été question de payer pour obtenir une mise en avant de leurs contenus. Cependant, aucun des deux acteurs ne nient être en pourparlers privés avec l’autre.

Spy KidsDans cette ambiance tendue de bruits de couloirs et d’écoutes aux portes, il se pourrait bien que le journaliste du New York Times ait mis à mal la stratégie des deux entreprises, condamnant celles-ci à corriger rapidement le tir. Sommes-nous passé à côté du pire ou le sursis n’est-il que provisoire ? Les Spy Kids sont sur l’affaire.

FacebookTwitter

FacebookTwitter

Articles en relation

comments powered by Disqus