A 16:40 dans Musique

Le Troll de la semaine : Jean-Michel Jarre et Internet

Partager cette actu sur :

Jean-Michel JarreDélaissons pour un temps les hauts fonctionnaires de l’Hadopi, les PDG de multinationales et les imbroglios des opérateurs fixes et mobiles pour prêter l’oreille aux artistes, aux créateurs, aux visionnaires. C’est Jean-Michel Jarre et l’incompréhension suscitée par ses propos sur Internet qui alimentent cette semaine notre colonne trollesque.

Le Troll de la semaine, tel un Janus à double face, nous pousse aujourd’hui à mener une réflexion profonde : les stars visionnaires du passé sont-elles inexorablement vouées à vieillir ? On se souvient en effet qu’au cours du mois de juillet, Prince, « The artist » himself, avait dit tout le mal qu’il pensait d’Internet et des ordinateurs.

Troll
Or, voilà que dans les colonnes du magazine culturel britannique Uncut, Jean-Michel Jarre, chantre de la musique électronique, semble reprendre à son compte la rhétorique Princière. A la question « Quelle est selon vous la plus dangereuse des drogues ? », le musicien répond : « Toute drogue vendue sur Internet. Internet, qui est déjà une forme de drogue en soi, est un moyen très efficace de vendre des drogues ».

L’attaque semble gratuite et le lecteur a du mal à comprendre par quel tour de passe-passe une question portant sur les stupéfiants a pu aboutir à une telle dépréciation du net. Néanmoins, Jean-Michel Jarre tente de préciser sa pensée : « Le plus triste avec le Net, c’est la façon dont ce rêve anarchique a été si rapidement transformé en l’outil de marketing le plus brutal, cynique et intrusif jamais vu ».

Au vu des derniers dérapages verbaux d’Eric Schmidt, le patron de Google ou des menaces pesant sur la neutralité du net, nous serions plutôt enclins à partager la vision désabusée du créateur d’Oxygène.

Là où nos points de vue divergent, c’est lorsque Jean-Michel Jarre enfile sa tenue métallique à la Paco Rabanne pour nous offrir ses prédictions pour l’avenir. « Je prévois que la prochaine révolution culturelle viendra des enfants d’aujourd’hui » assène-t-il. Le moins que l’on puisse dire, c’est qu’il ne se mouille pas trop. Il y a peu de chances en effet que les octogénaires d’aujourd’hui soient à l’initiative des révolutions de demain.

Uncut Jean Michel JarreMais Jean-Michel Jarre va plus loin et affirme que les enfants d’aujourd’hui « reconnaitront le net en tant qu’horrible imposture dont le but est l’exploitation [the ugly, explotative sham that it is] et qu’ils le rejetteront ». Cela signifie-t-il qu’il appelle de ses vœux la fin d’Internet ? C’est bien ce que tout le monde a cru comprendre dans un premier temps.

Cependant, Jarre n’est visiblement pas Prince, et il a tenu à rectifier ses propos. Ainsi, il n’aurait jamais dit d’Internet qu’il s’agissait d’une « horrible imposture ». Ces propos auraient-ils été travestis ? S’agit-il d’un problème de traduction ?

Toujours est-il que celui qui a organisé un concert dans la Cité interdite de Pékin a écrit à nos confrères d’Ecrans pour leur préciser qu’il avait « simplement avancé l’idée, qu’après une époque où l’Internet est considéré comme un espace de liberté, une grande toile fraternelle sur laquelle tout le monde échange tout, plus ou moins gratuitement, il se pourrait bien que les rebelles de la prochaine génération « prennent le maquis » du web en considérant qu’il est devenu la plus grande machine d’exploitation de tous les temps contrôlée par des multinationales bien plus puissantes que les majors du disque ne l’ont été par exemple, dans le domaine de la musique au siècle dernier ».

Jean-Michel JarreL’idée du rejet exprimée lors de l’interview britannique laissait penser que Jean-Michel Jarre prônait un abandon du net, dans une sorte de mouvement réactionnaire. L’utilisation de l’expression « prendre le maquis » semble plutôt indiquer qu’à la différence d’un Alain Finkielkraut, l’artiste n’a pas perdu tout espoir dans la capacité de résistance de la jeune génération. Toutes les vieilles idoles ne sont donc pas bonnes à jeter.

FacebookTwitterGoogle+

FacebookTwitterGoogle+

Articles en relation

comments powered by Disqus