A 10:59 dans Vidéos

Contenus illicites : YouTube va-t-il subir le même sort que Megaupload ?

17
AOÛ
2012
Partager cette actu sur :

YouTubeComme il l’a fait pour Megaupload, le FBI fermera-t-il un jour YouTube ? Depuis plusieurs mois déjà, le site de vidéos en streaming de Google propose gratuitement aux internautes des centaines de films complets. Devant ce phénomène, les ayants-droits ne décolèrent pas d’autant plus que YouTube ne se prive pas de diffuser de la publicité.

Megaupload est mort vive YouTube ! Plus besoin de chercher les films sur les autres sites d’hébergement de fichiers comme RapidShare ou Uploading, désormais les films complets sont diffusés sur YouTube. Depuis plusieurs mois, la plateforme de vidéo en streaming de Google diffuse des films complets.

Dans le moteur de recherche de Google, il suffit d’ajouter au titre du film recherché les mots « film complet » pour tomber sur une version intégrale. Films anciens, films récents, ou spectacles d’humoristes, YouTube diffuse illégalement tous ces contenus. Comble du phénomène, le site de Google en profite pour diffuser de la publicités et générer au passage des milliers de dollars.

YouTube 2012

Ce phénomène s’est amplifié après que Google a modifié Content ID, son système de protection des œuvres. Après avoir marqué leur film, les ayants-droit doivent signaler tout leur catalogue à YouTube qui sera en mesure de détecter si une de ces œuvres se retrouve sur le site. En outre, YouTube n’étant qu’un hébergeur de fichier, les ayants-droit peuvent seulement lui demander de retirer les contenus mis en ligne illégalement. Mais ils semblent dépasser par le phénomène. En effet, à peine un film disparait du site qu’il est remis en ligne par un autre internaute.

Avec la présence de ces contenus sur YouTube, les professionnels du secteur envisagent des actions en justice. Cependant, Google devrait rapidement faire le ménage puisqu’il négocie avec les studios et chaînes de télévision pour promouvoir sa Google TV.

FacebookTwitter

FacebookTwitter

Articles en relation

comments powered by Disqus