Les promesses numériques des finalistes à la Présidentielle

Par
24
AVR
2017
Partager cette actu sur :

Les deux candidats à l’élection présidentielle, Emmanuel Macron et Marine Le Pen, ont tous deux leur vision des sujets numériques pour la France. Voici les mesures phares des programmes des deux présidentiables, très différents et nettement plus complet pour celui du parti En Marche…

FacebookTwitter

Plan France THD

Le numérique est resté un des parents pauvres de cette campagne présidentielle, en particulier pour un des deux candidats encore en lice pour le sprint final. Malgré quelques formules pour dire que le numérique est au cœur de leur programme, l'approche reste trop peu chiffrée pour réellement trancher !

Un manque de contenus surtout flagrant il faut bien le reconnaître sur le programme du Front National. Très peu de sujets communs traités permettent de réellement comparer les programmes. Et là où le Front National traite le numérique plutôt par secteurs, En Marche adopte une approche transversale.

Une sortie de l'Europe problématique aussi pour le numérique

En effet, ce sujet de la sortie de l’Europe mettrait à mal le déploiement du numérique en France et surtout ses usages au quotidien pour les français. Tous les experts sont unanimes : seule une union européenne numérique permettrait par exemple de lutter efficacement contre la domination des USA, de la Chine ou de la Russie.

Que dire du casse-tête que serait la fin du roaming Européen en France, actuellement prévu pour mi-juin ?

Que se passerait-il pour les fonds d’investissements européens (FEDER- fonds européen de développement régional), essentiels à l’initiative des financements de nombreux RIP fibre du plan France THD ?

Le numérique dans les programmes : Macron plus prolixe que Le Pen

D'un point de vue purement factuel tout d’abord. Sur les 24 pages du programme de Marine Le Pen, le terme Numérique n'y apparaît 3 fois seulement, contre 10 fois en 17 pages chez Emmanuel Macron.

En comparant aussi les deux programmes, celui de Marine Le Pen fait l'impasse sur certains secteurs comme l’éducation, l’e-administration, la formation...

De même, à la différence du Front National, les représentants digitaux d'Emmanuel Macron ont participé à plusieurs débats depuis le début d'année afin de préciser le programme numérique de leur candidat.

Sur l'événement organisé début mars par la FIRIP, aucun représentant n'était venu pour présenter les mesures pour le parti de Marine Le Pen. De même, pour les 5 questions posées par les EGRIP mi-mars, a priori, aucun réponse pour le moment de la part de ces deux candidats...

Pour Emmanuel Macron, son avantage sur le numérique va au-delà d'une certaine légitimité du fait de sa précédente expérience comme Ministre de l'Économie, de l'Industrie et du Numérique.

Et malgré de sérieux différents avec la regrettée Axelle Lemaire, Emmanuel Macron a le soutien de quelques autres experts du numérique. On peut notamment noter le soutien de longue date de Corinne Erhel, députée socialiste des Cotes d'Armor, grande spécialiste des sujets liés au digital.

A son actif, on trouve plusieurs rapports et interventions auprès du gouvernement, concernant le développement numérique en France. Elle a été la représentante d’Emmanuel Macron lors de La Présidentielle du numérique mi-mars 2017.

Apporter le Très Haut Débit pour tous, l’éternelle promesse !

C'est bien sûr la colonne vertébrale de tout ce qui touche à ce sujet du numérique, avec le Plan France THD. Car pour bénéficier des atouts apportés par le digital, il faut que tous les français puissent y avoir accès.

Rappelons encore une fois une donnée factuelle assez basique, issue des données fournies par l'IDATE Digiworld appuyant l'Observatoire des Réseaux d'Initiative Publique publié par la FIRIP début mars : les zones moins denses où se trouve un réseau fibre optique, le taux de chômage est de 0.63% plus faible que sur les autres.

Ceci, sans même parler des bénéfices sur l’éducation, la formation, la télé-santé…

Les deux candidats proposent globalement un projet numérique assez similaire sur la continuité du plan France THD et son accélération pour déployer le Très Haut Débit, fixe et mobile. Cela concerne notamment les zones rurales, avec une réduction plus rapide des zones blanches Internet, 3G et 4G.

L’objectif final est de proposer le Très Haut Débit d’ici à fin 2022… ce qui sera bien entendu matériellement impossible. Dommage que ces belles annonces ne soient accompagnées d’aucunes mesures plus détaillées ou chiffrées. En particulier sur les financements et les décisions législatives nécessaires.

Le Plan France THD au coeur de l'élection présidentielle

Un manque de courage politique vis-à-vis d’Orange, des financements…

Des programmes manquant souvent d'engagements fermes, notamment sur la législation et des sanctions auprès de certains acteurs télécoms. L'ARCEP a cependant accéléré les consultations depuis la mi-2016. Ceci, notamment sur des sujets majeurs que sont les zones fibrées, la 5G/4G fixe, l'ouverture des réseaux fibre optique pro à une meilleure concurrence...

De son côté, Emmanuel Macron parle bien du désengagement de l'Etat dans l'actionnariat d'Orange, mais sans donner de timing. Un sujet plébiscité aussi par de nombreux acteurs du secteur : la FIRIP, l'Agence du Numérique, l'ARCEP...

Le but est notamment de rétablir une concurrence loyale et d’accélérer l’adoption du THD et des usages numériques, surtout au niveau des entreprises.

Pour le reste, on regrette presque certaines annonces plus radicales de 'petits candidats', comme celle du candidat Dupont-Aignan. Ce dernier préconisait de supprimer certains investissements inutiles, décriés et très coûteux.

Parmi les exemples cités par ce candidat, la suppression du projet de liaison TGV Lyon-Turin. Soit 26 milliards d’euros qui pourraient être réaffectés en partie au financement du déploiement de la fibre optique via le plan France THD.

Des thématiques numériques sur des thèmes habituels chez Marine Le Pen

Marine Le PenTrès peu d’informations concrètes dans le programme de Marine Le Pen sur le numérique, si ce n’est les sujets classiques du parti. Se posent surtout les implications d’une sortie de l’Europe sur de très nombreux sujets numériques, qui mériteraient plus d'explications.

Pour le reste, parmi les mesure de Marine Le Pen, on trouve :

  • Sur la sécurité, le renforcement de la lutte contre le cyberdjihadisme et de la pédopornographie.
  • Une protection renforcée des données des français et la souveraineté numérique française. Cela implique une obligation pour les entreprises de stockage de leurs données sur des serveurs localisés en France.
  • Une protection de notre culture digitale.
  • La suppression de la Loi Hadopi
  • Développer le mécénat populaire par la création d’une plate-forme numérique dédiée.
  • Un secrétariat d’État dédié aux mutations économiques rattaché au ministère des Finances. Il visera à anticiper les évolutions des formes de travail liées aux nouvelles technologies. Un poste qui existait déjà, avec précédemment des Secrétaires d’État comme Fleur Pellerin ou Axelle Lemaire.

Emmanuel Macron, un programme numérique très riche

Emmanuel Macron aborde le numérique sur de nombreuses propositions de son programme. Il a une vision plus ouverte, notamment avec une souveraineté numérique au niveau de l’Europe. Un marché unique européen du numérique qui permettrait d’être plus efficace et surtout plus influant au niveau mondial.

Parmi les thèmes plus nationaux abordés dans le programme En Marche, on trouve :

  • Une renégociation d’ici 2018 avec les USA le Privacy Shield, afin de protéger les données des Français (et des Européens)
  • Digitaliser l’administration pour permettre d’ici fin 2022 d’avoir 100% des démarches administratives faisables en ligne.
  • Aider à la transition numérique des entreprises, surtout les TPE/PME, les artisans et les commerçants, avec un Grand Plan Numérique
  • Mise en place une stratégie d’inclusion pour aider tous les français à utiliser le digital
  • Interdire les smartphones dans l’enceinte des écoles primaires et des collèges… une mesure à préciser, car elle existe déjà (en théorie) !
  • Multiplier par deux le nombre d’antennes mobiles pour améliorer la couverture (4G notamment), pour éradiquer les zones blanches sans réseau.
  • Créer un Pass Culture de 500 euros via une application, pour accéder aux activités culturelles de leur choix
  • un fonds européen de financement en  capital-risque de 5 milliards d’euros « pour accompagner la croissance des startups européennes du numérique »
  • un fond de 10 milliards d’euros pour l’industrie et l’innovation
  • la création d’un compte citoyen en ligne, avec une identité unique utilisable sur toutes les plateformes administratives
  • la création d’une « plateforme numérique collaborative » pour les personnes handicapées

Les nombreux thèmes technologiques du candidat Macron, on trouve : l’utilisation de l’Opendata pour apporter du service gratuit auprès des citoyens, la formation et l’éducation, la culture, l’innovation, l’intelligence artificielle, un service numérique de la justice, la télémédecine, une meilleure fiscalisation des géants du Net

Consultez les programmes d’Emmanuel Macron et de Marine Le Pen pour découvrir l’intégralité des sujets liés au numérique.

FacebookTwitter

Articles en relation

comments powered by Disqus