A 13:09 dans Apple, Marques

Apple en challenger sur le marché des tablettes 7 pouces

25
OCT
2012
Partager cette actu sur :

Apple pomme
La keynote du 23 octobre était attendue. Apple en a profité pour annoncer deux nouvelles tablettes : un nouveau nouvel iPad et un iPad mini. Si l’iPad 4 n’apporte pas grand chose, son petit frère marque un tournant dans la stratégie d’Apple.

Apple serait-il devenu un suiveur ? En tout cas, son arrivée sur le marché des tablettes 7 pouces le laisse présager. L’iPad mini était attendu, espéré et, au final, il déçoit un peu. Pas de réelle innovation dans cette nouvelle tablette qui se place donc en simple challenger de deux produits déjà annoncés.

Il semble que la firme à la pomme ait peur de rater un possible engouement autour des tablettes de petite tailles. Jusqu’à présent, l’iPad régne en maître dans le monde des tablettes. Amazon et Google ont compris qu’il ne fallait pas attaquer ce produit de front mais plutôt proposer une alternative. Les deux acteurs se sont donc concentrés sur les tablettes de 7 pouces. D’un côté nous avons donc la Kindle Fire HD et de l’autre la Nexus 7. On sent que les regards se tournent vers ces deux produits qui répondent à une demande précise : une tablette de taille réduite, qui tient dans une main, à un tarif abordable.

Nombreux sont ceux qui se souviennent des critiques émises par Steve Jobs à l’encontre des tablettes de moins de 10 pouces. Pourtant, au fil du temps, le fondateur d’Apple se montrait de plus en plus réceptif à l’idée de lancer une tablette 7 pouces. Mais le géant de Cupertino a-t-il dégainé trop tard ? Et surtout a-t-il choisi les bonnes munitions ?

Apple iPad MiniL’iPad Mini n’est rien d’autre qu’un iPad 2 en miniature. La nouvelle tablette va jusqu’à emprunter la résolution de son aînée (1024 x 768 pixels) pour s’assurer de la compatibilité des applications. Bref, l’iPad Mini s’apparente plus à une réponse d’Apple à Google et Amazon qu’à une véritable donne sur le marché des tablettes. La firme à la pomme suit donc le mouvement plutôt que d’imposer la cadence comme il en a eu l’habitude.

La véritable surprise est venue de l’iPad 4. Oui, le successeur du nouvel iPad, lancé au printemps, est déjà là. Rien de nouveau à signaler pour cette nouvelle génération si ce n’est un processeur plus puissant et l’adoption du connecteur Lightning, déjà présent sur l’iPhone 5. L’iPad 3 disparaît donc du catalogue après 8 mois d’existence. L’iPad 2 est, quant à lui, conservé. L’iPad 4 est simplement appelé « iPad avec écran Retina » vu que les autres modèles du catalogue (iPad Mini et iPad 2) sont dépourvus de cette technologie.

Ces maigres annonces se font donc plutôt en réaction aux offensives des concurrents qu’en véritable avancée de la marque. Ce qu’a montré la keynote est qu’Apple ne dirige plus le marché. La sortie de l’iPhone 5 montrait déjà des signes de fragilités : le nouveau smartphone n’amène pas de nouvelle proposition sur le marché, il est juste une mise à jour du modèle précédent. L’iPad Mini et l’iPad 4 suivent la même voie : l’un est un condensé du passé, l’autre une simple évolution du présent. Dès lors une question se pose : Apple a-t-elle toujours un pied dans le futur ? Aujourd’hui, l’avenir semble plutôt sourire à Google et Amazon. La firme à la pomme n’a certainement pas dit son dernier mot, mais il faudra qu’elle trouve le bon.

FacebookTwitter

FacebookTwitter

Articles en relation

comments powered by Disqus