Déploiement 4G : SFR et Bouygues Telecom mis en demeure

19
FEV
2016
Partager cette actu sur :

Le régulateur des télécoms vient d’annoncer le lancement d’un nouvel observatoire destiné à suivre le déploiement mobile des opérateurs en zones peu denses. L’ARCEP a jugé bon de mettre sous surveillance rapprochée Bouygues Telecom et SFR au sujet des déploiements 4G dans ces zones.

FacebookTwitterGoogle+

L'ARCEP a lancé hier le premier observatoire de suivi des déploiements mobiles en zones peu denses. Avec cette étude, le régulateur entend "mettre en lumière l'état des déploiements des opérateurs mobiles au regard de leurs obligations en zones peu denses, en 2G, 3G et 4G". Au 1er janvier 2016, le gendarme des télécoms souligne que Bouygues Telecom et SFR sont encore loin des objectifs à atteindre en 2017.

Objectif 4G en zones peu dense: 40% de la population en 2017

En effet, concernant le très haut débit mobile, les opérateurs disposant de fréquences 4G en bande 800 MHz (à savoir Bouygues Telecom, Orange et SFR) sont tenus de respecter un objectif de couverture de 40% de la population en zone peu dense d'ici le 17 janvier 2017. Free, qui ne dispose pas de fréquences dans cette bande, n'est pas tenu à ces obligations ; on comprend mieux pourquoi le quatrième opérateur mobile ne couvre que 1% des zones rurales.

état de la couverture mobile des opérateurs en zones peu denses au 1er janvier 2016

Or, au 1er janvier 2016, Bouygues Telecom et SFR ne couvrent dans cette partie du territoire que 12% et 8% de la population. Aussi, l'ARCEP a décidé de mettre sous "surveillance rapprochée" les deux opérateurs : SFR et Bouygues Telecom sont ainsi "mis en demeure de respecter leur échéance du 17 janvier 2017".

Carte des déploiements 4G des opérateurs en zones peu denses dans la bande des 800 MHz au 1er janvier 2016Carte des déploiements 4G des opérateurs en zones peu denses dans la bande des 800 MHz au 1er janvier 2016

Néanmoins, ces chiffres sont à nuancer avec les performances globales des opérateurs. Si SFR a nettement pris du retard dans le déploiement de ses antennes 4G sur l'ensemble du territoire, Bouygues Telecom reste dans le peloton de tête avec Orange (source ANFR). Quant aux performances mobiles générales, BouyguesTelecom est classé numéro 1 par notre dernier baromètre nPerf des débits mobiles avec un score général de 22710 nPoints.

Bouygues Telecom s'étonne

D'ailleurs, ce dernier n'a pas tardé à répondre au communiqué de l'ARCEP. Pour l'opérateur, il n'y a pas d'inquiétude à avoir au sujet des objectifs à atteindre : il doit construire 1 200 antennes en un an pour y parvenir. "Comme le régulateur le sait, cet effort est largement à la portée de Bouygues Telecom d’autant qu’il sera réparti dans le cadre de l’accord de partage de réseau" assure-t-il. En outre, "Bouygues Telecom couvre en 4G, avec d’autres fréquences que les fréquences 800 MHz, une large partie des zones de déploiement prioritaire, ce que l’Arcep omet de préciser, laissant ainsi entendre de façon inexacte que la couverture 4G de Bouygues Telecom serait déficiente" rappelle l'opérateur.

"Il n’y a pas de raison qu’internet sur mobile soit seulement un luxe de Parisiens"

Benjamin Douriez, le rédacteur en chef adjoint à 60 millions de consommateurs a réagi à la mise en demeure des deux opérateurs. Interrogé par Thomas Sotto sur Europe 1, il a déploré un décalage entre les annonces de couvertures faites par les opérateurs et les performances réelles. "Il n’y a pas de raison qu’internet sur mobile soit seulement un luxe de Parisiens" a-t-il déclaré.

Le déploiement mobile en zones peu denses reste un enjeu de taille pour les opérateurs. L'année 2016 sera décisive et SFR et Bouygues Telecom notamment auront fort à faire pour couvrir 40% de la population dans ces zones d'ici janvier 2017.

Source : ARCEP
FacebookTwitterGoogle+

Articles en relation

comments powered by Disqus