A 15:48 dans Musique

Les DRM : un joli pactole pour Microsoft ?

21
FEV
2008
Partager cette actu sur :

Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur les DRM sans jamais oser le demander

Les DRM (ou Digital Rights Management) sont devenus la plaie des utilisateurs de fichiers musicaux. Ce système censé protéger le contenu téléchargé devient vite une barrière, freinant les possibilités d’utilisation de la chanson. Le format qui s’est imposé au fil des années en matière de DRM est le fameux Windows Media DRM 10, notamment connu par tous ceux qui bénéficient des offres musicales de Neuf ou d’Alice.

Cowon D2La première condition pour utiliser des fichiers avec ce format de protection est de détenir un lecteur mp3 compatible DRM 10. Oubliez donc l’iPod et tous les produits de la marque à la pomme ainsi que certains lecteurs fabriqués par Cowon ou iRiver (firmes pourtant spécialisées dans ce secteur). Pourquoi donc existe-t-il des lecteurs gérant les DRM des offres légales et d’autres incompatibles ?

Ce n’est pas une simple question de volonté d’encourager ou non les offres légales. Comme toute licence Microsoft, les billets verts sont impératifs. En navigant sur le site de Microsoft, on apprend en effet que la licence du code source Windows Media DRM 10 coûte 15 000 dollars pour les appareils portables.

Mais ce n’est pas tout, ensuite sur chaque produit final, le fabricant devra verser une redevance suivant le type d’acquisition de licence. Il faut rappeler que pour des offres comme celle d’Alice ou de Neuf, il faut renouveler la licence des DRM pour pouvoir continuer à utiliser ses morceaux. Pour cela, certaines appareils peuvent directement se connecter au serveur de licences (acquisition directe) et d’autres doivent passer par un PC relié à Internet (acquisition indirecte). Microsoft classe donc ses tarifs suivant le mode d’acquisition :

Redevance pour Windows Media DRM 10


On s’aperçoit déjà qu’entre une acquisition indirecte et directe, le prix de la redevance double pour passer à 0,20 dollar par unité. Mais pour un lecteur mp3 tout simple se connectant en USB à un PC pour renouveler sa licence DRM 10, il faut tout de même compter 0,10 dollar par produit, et quand on voit les quantités de lecteurs fabriqués dans le monde, les caisses de la firme de Redmond doivent vite se remplir.

Il faut ajouter à cela les redevances pour les codeurs et décodeurs WMA et WMV. On peut donc rapidement arriver à 0,50 voir 1 dollar par lecteur produit.

Redevance pour Windows Media Audio

Redevance pour Windows Media Audio sans perte

Redevance pour Windows Media Video

Par ailleurs, dans un geste de bonté, Microsoft a accordé une exemption de redevance à tous les produits finaux distribués avant le 1er janvier 2006 dans le but de « favoriser l’adoption rapide de Windows Media DRM 10 », selon son site. On comprend donc facilement comment Microsoft a pu imposer son format de DRM sur le marché.

Comme les constructeurs répercutent forcément le coût de la licence sur le prix de vente, le consommateur verse donc quelques centimes à Microsoft à chaque appareil acheté. Une fois étudiée cette question des coûts, l’abandon des DRM sera également bénéfique aux industriels qui pourront garder leurs précieux millions de dollars.

FacebookTwitter

FacebookTwitter

Articles en relation

comments powered by Disqus