Euro 2016 : les stades équipés en 4G/4G+

10
JUIN
2016
Partager cette actu sur :

L’Euro de football 2016 commence dans moins d’un mois en France. L’occasion pour les clubs de construire de nouveaux stades et pour les opérateurs d’améliorer leur couverture. Ces derniers se sont associés pour couvrir en 2G/3G/4G l’ensemble des stades de la compétition.

FacebookTwitter

Outre une fête populaire, l'Euro 2016 est l'occasion pour la France et les opérateurs de montrer leur savoir-faire technologique. Les stades sont de plus en plus connectés et les spectateurs de plus en plus désireux de partager ce qu'ils vivent par SMS/MMS ou via les réseaux sociaux.

10 stades à couvrir

C'est pourquoi, pour assurer une qualité de service optimale, Orange, SFR, Bouygues Telecom et Free se sont répartis les dix stades à couvrir et les investissements afférents.

Des opérateurs leaders ont ainsi été désignés pour réaliser le déploiement pour les autres. Orange s'occupe de 6 stades, SFR de deux stades et Bouygues Telecom des deux derniers. Free s'est contenté d'un co-investissement.

Euro 2016 : 32 millions d'euros pour équiper les stades en 4G

10 Mb/s de débits minimum

Les opérateurs ont ainsi déployé l'ensemble de leurs fréquences disponibles dans les stades. Bouygues Telecom qui a ouvert les coulisses des installations au Parc des Princes à Paris, déclare assurer un minimum de 10 Mb/s par client mais le débit peut monter jusqu'à 330 Mb/s.

L'opérateur annonce avoir multiplié ses capacités par 15 dans les stades en posant jusqu'à 40 antennes selon le stade. Elles sont directionnelles, c'est-à-dire qu'elles assurent la couverture pour 3 000 à 6 000 spectateurs, permettant jusqu'à 1 000 appels simultanés. Les saturations ne devraient pas se reproduire.

Les antennes sont dirigées vers les gradins et les abords des stades mais également vers les pelouses lorsque des concerts sont organisés.

Euro 2016 : 32 millions d'euros pour équiper les stades en 4G

D'autres stades bientôt couverts ?

Bouygues Telecom a testé son infrastructure au stade Geoffroy-Guichard de Saint-Étienne lors d'un match où les 42 000 places étaient occupées. Le réseau a bien tenu la charge puisque la moyenne des débits tournait autour de 114,2 Mb/s en descendant et 26,49 Mb/s en montant. Un record à 201,32 Mb/s a même été établi.

Ces infrastructures ont coûté 32 millions d'euros et ne serviront pas uniquement à l'Euro 2016, elles sont prévues pour durer. Bouygues Telecom a indiqué être intéressé pour équiper d'autres stades à l'avenir.

Euro 2016 : 32 millions d'euros pour équiper les stades en 4G

La France rattrape ainsi son retard vis-à-vis des autres pays européens et surtout américains.

Retrouvez notre dossier dédié à l'Euro 2016 avec le calendrier de la compétition, les retransmissions et les horaires.

L'occasion de tester la qualité de ces déploiements dans les stades via notre application nPerf disponible sur iOS, Android et Windows Phone.

FacebookTwitter

Articles en relation

comments powered by Disqus