A 9:50 dans Google, Marques

L’Express du lundi : Google, Blackberry et l’iPad

24
JAN
2011
Partager cette actu sur :

Train jouet
Au cours de la semaine précédente, trois évènements ont attiré notre attention : Eric Schmidt cède sa place à Larry Page à la tête de Google, RIM cède aux pressions des autorités indonésiennes et deux Américains ont été arrêtés pour le piratage de 120 000 iPad.

Google change de patron

Larry Page, l’un des fondateurs de Google, va remplacer Eric Schmidt à la tête de la société. Ce dernier conservera néanmoins son poste de président du conseil d’administration avec un rôle exécutif.

Eric SchmidtOfficiellement, ce changement devrait permettre de simplifier les prises de décision à la tête du géant américain. On ne sait pas cependant si les dernières sorties d’Eric Schmidt (photo ci-contre) n’auraient pas incité les fondateurs de la firme de Mountain View à l’écarter quelque peu du devant de la scène.

En effet, Schmidt avait profondément choqué lorsqu’il avait évoqué la gestion des données personnelles à l’antenne de CNBC ou lorsqu’il avait confié au Wall Street Journal que le plus simple serait de changer d’identité à l’âge adulte pour se débarrasser des frasques de jeunesse qui traînent sur le net.

Alors que Google est sous le coup d’une enquête de la Commission européenne et de l’Autorité de la concurrence, un tel cynisme vis-à-vis de la vie privée des utilisateurs n’était certainement plus de mise.

Blackberry : un problème en chasse un autre

Après l’Arabie Saoudite et l’Inde, voilà que l’Indonésie s’en prend au constructeur canadien du Blackberry. Il y a 10 jours, l’Inde lançait un ultimatum à RIM pour accéder à sa messagerie. Pour ne pas perdre un des plus gros marché au monde, la firme canadienne ouvrait alors son système de messagerie grand public aux autorités indiennes. Toutefois, RIM n’a pas satisfait à toutes leurs exigences puisqu’il ne leur a pas donné accès aux emails des entreprises.

Blackberry India En effet, ces derniers transitent par la messagerie des entreprises, Blackberry Enterprise Server (BES) où ils sont cryptés par l’entreprise qui émet le mail et non pas par RIM. Pour le moment il semblerait que cette réponse ait permis au fabricant du Blackberry de gagner du temps. Mais à peine a-t-il eu le temps de souffler qu’il a dû céder aux pressions des autorités indonésiennes et interdire l’accès aux sites pornographiques depuis ses smartphones.

Ainsi, depuis la semaine dernière des sites comme playboy.com n’ont plus le droit de cité sur les terminaux du constructeur canadien. Avec ses 240 millions d’habitants et ses deux millions de clients, l’Indonésie est un des principaux marchés du Blackberry. La liberté d’expression semble s’arrêter là où la loi du marché commence.

120 000 iPad piratés, 2 hackers arrêtés

Deux jeunes américains ont été arrêtés suite à l’affaire du piratage de 120 000 iPad. Daniel Spitler et Andrew Auernehimer auraient pénétré illégalement sur les serveurs de l’opérateur américain AT&T au mois de juin 2010 et auraient récupéré les adresses électroniques et des informations personnelles de près de 120 000 utilisateurs de la tablette tactile d’Apple.

iPad AppleParmi les victimes de ce piratage, nous pouvons citer Michael Bloomberg, maire de New York, Diane Sawyer, présentatrice sur ABC, ou Rahm Emanuel, ancien chef de cabinet de Barack Obama. Les deux pirates ont exploité une faille dans la procédure d’enregistrement des utilisateurs présente sur le site de l’opérateur AT&T pour faire le lien entre adresses e-mails et numéros d’identification des tablettes.

Après six mois d’enquête, le FBI a procédé à l’arrestation des deux pirates présumés. Si leur culpabilité est prouvée, ils risquent jusqu’à 5 ans de prison et 250 000 dollars d’amende.

FacebookTwitter

FacebookTwitter

Articles en relation

comments powered by Disqus