A 9:25 dans Google, Marques

Données personnelles : Google rappelé à l’ordre

21
AVR
2010
Partager cette actu sur :

Google Maps Lyon Presqu'île
L’actualité de Google s’articule une nouvelle fois autour de la protection des données personnelles. Dix organismes de contrôle du respect de la vie privée sur Internet demandent à la firme californienne de se montrer plus vigilante.

Les autorités en charge de la sécurité des données personnelles en ligne du Canada, de la France (CNIL), de l’Allemagne, de l’Irlande, d’Israël, de l’Italie, des Pays-Bas, de la Nouvelle-Zélande, de l’Espagne et du Royaume-Uni ont décidé de rappeler Google à ses obligations en matière de respect de la vie privée.

Au mois de mars déjà, les CNIL européennes réunies au sein du G29 avaient demandé à la firme de Mountain View de ne conserver les images non floutées de son service Street View que six mois au lieu de douze.

Tricycle Google Street ViewEt la CNIL française, bien qu’elle ait toujours laissé Google circuler librement dans les villes de l’Hexagone, contrairement à certains villageois britanniques peu hospitaliers, est toujours restée extrêmement vigilante face aux voitures et tricycles de la compagnie américaine.

Cette fois-ci, les organismes nationaux de contrôle du respect à la vie privée sur Internet ont à nouveau Google Street View dans le collimateur ainsi que Google Buzz. Ceux-ci regrettent les erreurs et les dérapages commis par la firme de Mountain View lors du lancement de ses nouveaux services. A cause du poids de Google dans l’économie numérique, ils attendent en effet d’elle un comportement exemplaire.

Ils demandent donc à l’entreprise californienne de s’engager sur un certain nombre de points :

  • « recueillir et traiter seulement les renseignements personnels strictement nécessaires à l’atteinte des objectifs visés par le produit ou le service »,
  • « fournir de l’information claire et sans équivoque sur l’utilisation prévue des renseignements personnels, de façon à permettre aux utilisateurs de donner un consentement éclairé »,
  • « créer des paramètres par défaut qui protègent la vie privée des utilisateurs »,
  • « inclure des mécanismes adéquats pour obtenir le consentement des utilisateurs »,
  • « veiller à ce que les paramètres de contrôle de la vie privée soient bien en vue et faciles à utiliser »,
  • « assurer une protection adéquate de toutes les données à caractère personnel »,
  • « offrir aux utilisateurs des procédures simples pour la suppression de leurs comptes et acquiescer à ces demandes en temps opportun ».

Logo GoogleC’est non seulement la protection des données personnelles et de la vie privée qui est en jeu mais également la prospérité économique de Google. Une attitude arrogante et dénuée de scrupule, comme ont pu le laisser paraître les propos d’Eric Schmidt sur l’antenne de CNBC, amène certains à privilégier une protection exacerbée, dont la proposition de loi de Jean-Christophe Lagarde est un bon exemple.

Si Google se retrouve dans l’impossibilité de photographier les bâtiments privés, son service Street View perdra irrémédiablement de son attractivité et les recettes publicitaires de la firme diminueront d’autant. A l’échelle de plusieurs pays, cela pourrait avoir un réel impact économique : Google est donc plutôt contraint de la jouer fair-play.

FacebookTwitter

FacebookTwitter

Articles en relation

comments powered by Disqus