A 17:04 dans Opérateurs, Orange

Data mobile : Orange, la qualité plutôt que la quantité ?

6
AVR
2017
Partager cette actu sur :

Orange et Sosh viennent de dévoiler leurs nouveaux forfaits regonflés en données mobiles face à Free, SFR et Bouygues.

FacebookTwitterGoogle+

L’opérateur historique ne pouvait pas rester sans réaction, mais pas question de se laisser embarquer dans la course à l’échalote initiée voilà trois semaines par Xavier Niel. Alors que Free Mobile et SFR se bagarrent à coup de forfaits illimités, Orange a choisi la sobriété en consentant un coup de pouce « modeste » sur ses godets de data en 4G/4G+.

Soit 10 Go de plus pour les forfaits Play, qui passent de 20 et 30 Go à 30 et 40 Go, et ses packs haut de gamme Jet, gonflés de 20 Go pour atteindre 50 et 60 Go. Du côté de Sosh, le matelas passe de 5 à 20 Go sur l’offre à 19,99€/mois et de 20 à 40 Go sur le haut de gamme à 24,99€.

Orange : 10 à 20 Go de données mobiles en plus sur les forfaits

La data illimitée a « peu de sens »

Pas de surenchère donc, mais des allocations data déjà très confortables. Pour peu qu’on y mette le prix : comptez au minimum 34,99€/mois chez Orange (hors promo ou box+mobile) pour disposer d’une enveloppe conséquente, adaptée à la vidéo en streaming par exemple.  A comparer aux 20€ pratiqués par Free ou RED pour 100 Go (voire de l’illimité à 16€ chez le premier). A ce tarif, l’opérateur historique ne propose qu’un Zen 2 Go vraiment très chiche, laissant à Sosh le soin de s’aligner sur la concurrence, mais avec bien moins de gigas à la clé.

C’est qu’Orange ne croit pas à l’utilité des méga-forfaits data, si l’on en croit les informations rapportées il y a quelques jours par Economie Matin. Dans une communication interne, Michel Jumeau, directeur marketing Grand Public d’Orange France, estime en effet que l’Internet mobile illimité a « peu de sens », au regard des consommations effectives des utilisateurs. Soit 2,2 Go en moyenne chez l’opérateur historique, et 12,2 Go pour les abonnés haut-de-gamme (formules Jet). Des niveaux corroborés par l’Arcep : le régulateur des télécoms recense pour sa part une consommation de 2,4 Go de data en moyenne chez les utilisateurs d’Internet mobile (3G/4G) au 4e trimestre 2016.

La puissance du réseau

Sans oublier qu’un abonnement farci d’Internet mobile perd largement de sa saveur si la couverture 4G ne fait pas le poids. Un aspect sur lequel l’opérateur historique continue de dominer ses concurrents, notamment en matière de taux de couverture: 88% de la population  à fin 2016 contre 85% pour Bouygues, 81% pour SFR et 76% pour Free. Ce dernier ayant indiqué s’approcher des 80% lors du lancement de son forfait illimité le mois dernier.

Un maillage que complète une qualité de service récemment distinguée par le palmarès 2016 réalisé par nPerf, spécialiste de la mesure de la qualité de connexion Internet et mobile. Orange y est distingué comme « l’opérateur ayant fourni l’accès Internet mobile le plus performant à ses abonnés » sur le réseau 4G. Il affiche ainsi les meilleurs débits montants et descendants, concédant toutefois à Bouygues la première place en matière de latence, de performance de navigation et de streaming vidéo. Une fiabilité dont la contrepartie reste une tarification largement supérieure à la concurrence…

Orange : meilleur internet mobile en 2016 selon nPerf

Roaming : Orange choisit le statu quo

Autre illustration de cette approche : l’itinérance. Alors que la concurrence rivalise d’offres « tout compris », Orange s’en tient à 3 Go, 3h d’appels par an et SMS/MMS illimités depuis l’Europe sur le milieu de gamme (Play). Pour des appels et du surf « intensif » en Europe, il faudra encore mettre la main à la poche, et compter 54,99€ au minimum hors promo. Sur le low cost, le Sosh 40 Go reste pour sa part cantonné à 5 Go par an, à comparer au forfait Free à 19,99€ ou au RED 15 Go « 100% roaming » à 15€/mois.

Là aussi, l’opérateur historique a choisi de maintenir une approche segmentée, en partant du principe qu’il ne sert à rien, pour l’instant, d’injecter du roaming intensif sur les offres bas de gamme ou à bas coût, destinées à une clientèle ne voyageant qu’occasionnellement. Remarque d’ailleurs adressée par plusieurs médias et de nombreux internautes à Free et SFR lors de leurs annonces respectives dans ce domaine. On peut effectivement s’interroger sur la pertinence de telles offres au regard des habitudes de consommation des utilisateurs français, qui, majoritairement, ne se déplacent qu’occasionnellement à l’étranger. Sans pour autant occulter le fait qu’elles répondent à un véritable besoin : l’Association français des utilisateurs de télécoms (AFUTT) ne soulignait-elle pas il y a quelques jours le « vécu anxiogène » des voyageurs français face à la problématique de l’itinérance ?

L’appel du 15 juin

Orange se borne pour l’heure à proposer une offre « au plus juste » : 3 à 5 Go par an pour sa clientèle au profil de voyageur occasionnel (Play, Sosh 40 Go), moyennant 25 à 35€/mois au minimum. En attendant que le « malaise » des usages à l’étranger ne soit en partie dissipé par l’abolition des frais de roaming dans l’UE le 15 juin prochain, qui vient d’être définitivement validée. Sur la base de la grille tarifaire actuelle, l’entrée en vigueur de la nouvelle règle européenne permettra aux abonnés Orange positionnés sur le bas de gamme d'utiliser l'Internet mobile dans l'Union à concurrence de leur enveloppe data, tandis que les offres supérieures embarqueront au minimum 6 Go par mois en itinérance communautaire (et au moins 4 Go pour les forfaits data Sosh). Beaucoup moins anxiogène, donc. A condition que l’utilisateur s’y retrouve.

FacebookTwitterGoogle+

Articles en relation

comments powered by Disqus