A 13:55 dans Orange

Orange : 1,6 million d’abonnés fibre à fin mars 2017

27
AVR
2017
Partager cette actu sur :

Portée par la fibre, l’activité Internet fixe d’Orange est presque parvenue à compenser la perte de vitesse du mobile au 1er trimestre.

FacebookTwitter

Seulement 4 millions d’euros de moins en un an : à 4,427 milliards d’euros au premier trimestre, le chiffre d’affaires France se stabilise après un repli de 1% en 2016, apprend-on des résultats trimestriels d'Orange, publiés ce matin. Ce grâce à un repli moins marqué des revenus sur le mobile et à la solidité du fixe, qui continue de rapporter, bon an mal an quelque 2,5 milliards par trimestre. Mais attention, la concurrence se réveille sur la fibre.

Fixe : la fibre en force

Orange affiche au 31 mars 9,33 millions de clients en ADSL, en repli de 1,1% sur un an, tandis que son parc de clients fibre grossit de 47% à 1,58 million. Ce sur un total de 7,35 millions de prises raccordables FTTH, soit un taux de conversion en légère progression, à 21,5%. Fort logiquement, cette montée en puissance sur le très haut débit entraîne une hausse de la rentabilité, illustrée par un ARPU fixe (revenu moyen par abonné) en progression de 1,6%. Grâce à la fibre donc, mais aussi au « développement des offres de contenus TV », explique l’opérateur, qui peut compter depuis quelques mois sur une offre Famille by Canal vendue quelques euros plus cher.

La concurrence s'active sur la fibre

La fibre d’Orange conquiert régulièrement quelque 100 000 utilisateurs chaque trimestre depuis près de deux ans, dont la moitié de nouveaux clients. Et l’intervalle janvier-mars ne fait pas exception, avec 127 000 ventes nettes FTTH et 51% de nouveaux clients sur cette techno. Mais on note en parallèle, depuis deux trimestres, une accélération de la diminution du parc ADSL : - 49 000 au T4 2016 et encore - 54 000 au T1 2017. Soit plus de 100 000 clients de moins sur le réseau cuivre en seulement six mois, quand Orange n’en avait perdu que 41 000 sur les deux ans et demi précédents !

Orange : vente nettes Internet fixe T1 2017

Cause de ce début d’hémorragie ? Probablement la montée en puissance de ses rivaux sur la fibre déployée en co-investissement en zone moyennement dense (ZMD). Sur ces territoires périphériques des grandes agglomérations, Free, Bouygues et SFR ont accéléré le déploiement et la commercialisation en FTTH depuis fin 2016. Avec des offres souvent très agressives à 10 ou 15 euros par mois, parfois à vie (chez RED), qui leur permettent d’aller chercher des migrations jusqu’ici promises à Orange. Longtemps chasse gardée de l'opérateur historique, au grand dam du régulateur et des ses rivaux, ce segment serait-il en passe de connaître enfin une véritable animation concurrentielle ?

Mobile : les revenus toujours en baisse

Sur le mobile, la cadence ne faiblit pas pour l’opérateur historique, qui engrange 73 000 nouveaux clients forfaits grand public et une nouvelle baisse du taux de résiliation, à 11,5% Une bonne performance pour ce trimestre traditionnellement creux, qui ne lui avait rapporté que 33 000 ventes nettes un an plus tôt. Le tout n’empêche pas le chiffre d’affaires mobile de poursuivre son érosion, mais à un rythme moins soutenu (-3,3% sur un an à 1,57 milliard d’euros) qu’au trimestre précédent (-5,1%), grâce à une baisse moins marquée des revenus de l’itinérance nationale, note le groupe.

Orange : ventes nettes mobiles T1 2017

Orange souligne au passage l’impact, en termes de recettes, de l’emprise croissante sur le marché des offres SIM-only, moins lucratives. Celles-ci représentaient en effet 70% des forfaits grands publics au 31 mars dernier, rappelle l’opérateur, soit une hausse de 15 points en un an. Conjugué à la baisse des frais d’itinérance en Europe, ce phénomène contribue à l’affaissement régulier de l’ARPU mobile (hors prépayé), tombé à 24,5€ par abonné au premier trimestre (-3,5% sur un an).

4G : Orange à 89%

Une tendance qui peut expliquer pourquoi Orange n’a pas voulu suivre ses concurrents dans la course à la data engagée ces dernières semaines… Pour conserver ses clients, l’opérateur mise plutôt sur la qualité de sa desserte 4G, toujours première de France avec 89% de la population couverte (+1 point en un trimestre). Cette disponibilité du très-haut débit mobile se traduit par une forte hausse de la proportion de contrats 4G :  +15 points en un an, à 64%.

Orange : les bienfaits de la convergence

L'effet convergence

Au passage, Orange souligne une fois de plus l’appétence du grand public pour ses offres couplées Internet + mobile, Open ou Sosh + Livebox, désormais détenues par 57% de ses clients positionnés sur un abonnement Internet haut débit (+3 points en un an). L'opérateur dénombrait ainsi à fin mars 5,6 millions de clients « convergents », dont près de 5,2 millions en Open, et souligne  la « croissance soutenue » de la délivrance de cartes SIM liées à ce type d'offres (8,5 millions au total en incluant les multi-lignes Open à fin mars). Une formule lucrative, dont le chiffre d’affaires affiche une hausse de 10% sur un an, pour un revenu moyen par contrat stabilisé à 61,5€/mois. Avec un autre avantage : l’amélioration du taux de résiliation, inférieur de deux points par rapport à une offre Internet seule…

FacebookTwitter

Articles en relation

comments powered by Disqus