A 10:42 dans Bouygues Telecom

SFR-Numericable prêt à débourser 8 milliards d’euros pour Bouygues Telecom

11
FEV
2015
Partager cette actu sur :

Mais qui finira par racheter Bouygues Telecom ? La dernière rumeur en date prétend que Patrick Drahi, le patron de SFR-Numericable, serait prêt à dépenser 8 milliards d’euros. Seul bémol, le magnat des télécoms a besoin de son pire ennemi pour mener cette transaction : Xavier Niel.

FacebookTwitter

Pour de nombreux experts dans les télécoms, une consolidation, c'est-à-dire un passage de quatre à trois opérateurs, est inéluctable. Aujourd'hui tout indique que si elle a lieu, l'opérateur qui disparaîtra sera Bouygues Telecom. Un temps dans le collimateur d'Orange, Bouygues Telecom serait désormais pris en chasse par Patrick Drahi, le patron de SFR-Numericable, qui a racheté SFR pour 16 milliards d'euros en 2014.

D'après BFM Business, le nouvel opérateur aurait franchi une nouvelle étape en dévoilant le montant qui serait prêt à dépenser pour se payer Bouygues Telecom. Le chiffre de 8 milliards aurait évoqué. En parallèle, des experts estiment que le rapprochement entre les deux opérateurs permettrait de dégager 2 milliards d'économies. Nous rappelons que Bouygues Telecom utilise le réseau THD de Numericable et qu'un accord de mutualisation de leurs réseaux mobiles a été conclu l'an dernier. Cette somme n'a rien de surprenant puisqu'elle correspond à celle proposée par Orange l'an dernier et reste bien supérieure aux 5 milliards proposés par Xavier Niel.

Un poil à gratter nommé Xavier Niel

Si Patrick Drahi a le génie pour trouver des milliards, cela ne lui sera pas suffisant pour se payer Bouygues Telecom. Tout d'abord il devra convaincre Martin Bouygues qui, si l'on se fie à ses déclarations, n'est pas prêt à vendre son bébé. L'offensive sur l'Internet fixe en cassant les prix et en  le lançant le nouveau décodeur TV Bbox Miami ainsi que la refonte de la grille tarifaire sur le mobile laissent à penser qu'il préfère se battre plutôt que de plier. Enfin, Patrick Drahi aura besoin de son pire ennemi : Xavier Niel. En effet, pour des raisons de concurrence (la nouvelle entité ne pourra pas concentrer autant de fréquences 4G), il faudra que Free soit dans la boucle. Or depuis 2011, les deux hommes sont en froid suite à un différend sur les marché des télécoms en Israël.

Enfin, SFR-Numericable pourrait prendre le risque d'acheter Bouygues Telecom sans Free mais dans ce cas là il s'expose à devoir céder des actifs sans pouvoir en fixer le prix voire à les céder gratuitement.

Pour le moment, tous les protagonistes sont dans leurs rôles, Patrick Drahi dans celui de l'acheteur, Martin Bouygues dans celui qui fait monter les enchères et Xavier Niel dans l'arbitre qui joue la montre.

D'ici quelques semaines, Bouygues Telecom publiera ses résultats. S'ils sont bons et prouvent que la politique commerciale très agressive de ces derniers mois porte ces fruits, il est fort probable que certains revoient leur position.

Source : BFM Business
FacebookTwitter

Articles en relation

comments powered by Disqus