A 12:21 dans Google, Marques

Le Troll de la semaine : Google et le filtrage anti-piratage

6
MAI
2011
Partager cette actu sur :

L'Arroseur arrosé des Frères LumièreSuite à une plainte du SNEP, Google avait de son propre chef opéré un filtrage dans ses suggestions afin de bannir les termes Megaupload, RapidShare ou encore Torrent. Or, la Cour d’Appel de Paris vient de débouter l’association de professionnels de la musique, rappelant au passage que les plateformes de partage dont il est fait mention ne sont pas intrinsèquement illégales.

C’est l’arroseur arrosé à la sauce numérique. En effet, le Syndicat national de l’édition phonographique estime qu’en suggérant les termes Megaupload, Torrent ou RapidShare lors de la recherche d’un morceau de musique, Google incite les internautes à s’adonner au piratage. Le TGI de Paris ne lui ayant pas donné raison, le SNEP a porté l’affaire en appel.

Néanmoins, dans le jugement que nos confrères de PC INpact viennent de rendre public, la Cour d’Appel de Paris suit la décision rendue en première instance et va même plus loin. Le tribunal a en effet rappelé que les services fournis par Megaupload ou Rapidshare ou les protocoles Bittorrent ne sont pas, par nature, en infraction avec la loi, infligeant par là un joli pied-de-nez à tous les adeptes du filtrage du net.

Troll
Malheureusement, ce n’est qu’un demi-sourire de satisfaction que nous pouvons esquisser à la lecture de ce verdict. Bien que le SNEP soit contraint de verser 5 000 euros à Google en dédommagement de ses frais de justice, l’industrie musicale a d’ores et déjà obtenu gain de cause puisque la firme de Mountain View effectue depuis décembre 2010 un filtrage des termes incriminés dans ses suggestions.

Eric Schmidt promettait un moteur de recherche capable de devancer la pensée et les désirs des internautes, Google va désormais au devant des demandes des censeurs.

FacebookTwitter

FacebookTwitter

Articles en relation

comments powered by Disqus