A 10:55 dans Orange, SFR

4G : UFC-Que Choisir porte plainte contre Orange et SFR

5
NOV
2013
Partager cette actu sur :

logo ufc que choisirAprès les fausses promesses de l’Internet fixe, les opérateurs sont mis à l’amende sur la 4G. L’UFC-Que Choisir a effectué une campagne de mesures des connexions 4G prouvant qu’Orange et SFR sont les mauvais élèves du très haut débit mobile. L’association de défense des consommateurs a décidé de porter l’affaire en justice.

Pour lancer la 4G, SFR , Orange et Bouygues Telecom n’ont pas hésité à pratiquer la surenchère pour promouvoir leurs offres, quitte à prendre certaines liberté avec la législation et la réalité du terrain.

UFC-Choisir a mené une étude poussée qui met en lumière un décalage entre les promesses faites dans les campagnes publicitaires et les prestations vendues par les opérateurs. L’association de défense des consommateurs a effectué plus de 60 000 tests de connexion dans Paris et prouve que la couverture de la capitale n’est pas celle annoncée par les opérateurs notamment Orange et SFR.

Bouygues Telecom tient ses promesses

Orange ne couvrirait que 79,3 % de la capitale contre 100 % annoncé laissant une partie du sud-ouest vierge de 4G et SFR moins de 75 % de la capitale. En revanche, Bouygues Telecom, grâce à ses fréquences 2G converties en 4G, possède bien une couverture très haut débit de 99,4 % sur Paris.
L’UFC-Que Choisir s’est concentrée sur Paris estimant que la capitale est la vitrine 4G des opérateurs. C’est aussi un des lieux où les trois opérateurs annoncent être à égalité de terme de couverture.

Des débits loin de la théorie

Logo Orange et SFRComme pour l’Internet fixe, les opérateurs n’ont pas hésité à faire un usage abusif du terme « jusqu’à » pour promettre des débits toujours plus rapides. Si en théorie la 4G peut fournir des débits compris entre 115 Mb/s et 150 Mb/s, dans la réalité, on est bien loin du compte. L’UFC-Que Choisir rappelle que ces débits peuvent être atteints uniquement avec les antennes 2 600 MHz , compte tenu de leurs caractéristiques, elles ne seront déployées que dans les grandes villes. Pour les autres zones, les opérateurs déploieront des antennes 800 MHz qui fourniront un débit compris entre le tiers et la moitié des débits promis.

Un usage abusif de l’appellation « très haut débit »

Se basant sur les textes de l’ARCEP (le gendarme des télécoms) stipulant que l’appellation très haut débit n’est valable que pour la 4G, l’UFC-Que Choisir fustige les opérateurs qui utilisent cette notion pour les dernières générations de 3G (H+, Dual Carrier…)

Face à toutes ces manquements, l’association de défense des consommateurs a décidé de porter plainte contre Orange et SFR. Le premier pour le décalage entre sa carte de couverture de Paris et son réseau 4G effectif ainsi que pour sa publicité sur la 4G et la confusion entre 4G et H+. Le second, pour sa couverture 4G de Paris et la confusion entre 4G et Dual Carrier.

Logo de l'ArcepEnfin, l’UFC-Que Choisir demande à l’ARCEP de mettre en place un Observatoire de la 4G afin de vérifier en temps réel le déploiement du réseau 4G des opérateurs. En outre, elle demande à l’ARCEP d’imposer aux opérateurs télécoms de distinguer dans les cartographies de la 4G les zones selon les débits maximums théoriques que les technologies qui les couvrent autorisent.

Application DegroupTestSi vous avez souscrit à une offre 4G, nous vous rappelons que vous pouvez à tout instant vérifier la qualité e votre connexion en effectuant un test de débit avec l’application mobile DegroupTest, disponible sur Android, iOS et Windows Phone. En effectuant ce test vous pourrez contrôler la prestation de votre opérateur et participer au baromètre des débits mobiles DegroupTest qui donne une image de la qualité des réseaux mobiles.

Ces révélations de l’UFC-Que Choisir sur la 4G s’ajoutent à celles faites cette année sur les connexions Internet. Elles montrent que l’outil d’évaluation des connexions fixes et mobiles voulu par l’ARCEP devient une nécessité. Quant à l’encadrement de la publicité des opérateurs, il devient impératif.

FacebookTwitter

FacebookTwitter

Articles en relation

comments powered by Disqus