A 10:33 dans

Ordinateurs, téléviseurs et mobiles taxés

17
JAN
2008
Partager cette actu sur :

Financement France Télévisions
Les ordinateurs, téléphones mobiles et téléviseurs appelés à la rescousse pour financer la suppression de la publicité sur les chaînes et radios du service public

Nouvelle piste dans le projet concernant le financement de la disparition de la publicité des écrans de France Télévision : une taxe de 1 à 2 % sur les appareils électroniques grand public permettant de recevoir la télévision. Ainsi, les téléviseurs seraient naturellement touchés mais également les ordinateurs et les téléphones mobiles.

logo bouyguesSelon Les Echos, une réunion du gouvernement lundi aurait émis l’idée de créer une taxe sur le matériel en plus du prélèvement sur le chiffre d’affaires des chaînes privées et des opérateurs télécoms. Il faut dire que la création que cette ponction avait fait grincer les dents de Bouygues, détenant à lui seul une chaîne privée, TF1, et un opérateur, Bouygues Télécom. Martin Bouygues étant un proche de Nicolas Sarkozy (il est le parrain de son fils, Louis Sarkozy), on peut imaginer aisément que le gouvernement ne doit pas froisser l’empire Bouygues.

En avançant à tâtons comme cela, on sent que le gouvernement est légèrement dépassé dans sa mission de trouver le milliard d’euros de recettes publicitaires dont sera privé le service public. Les chaînes privées ont applaudi des deux mains l’initiative mais ne veulent pas que leur chiffre d’affaires en subisse les conséquences. On se doutait bien que le financement d’une telle mesure allait poser des problèmes même si Christine Albanel, Ministre de la Culture, essayait d’avancer le contraire il y a encore quelques jours (voir news ici). Et le consommateur lambda est encore une fois appelé à la rescousse car il est évident que cette taxe sur le matériel sera répercutée sur les prix étiquetés en magasins. Il faut savoir, par exemple, qu’une taxe à hauteur de 2 % sur un téléviseur LCD de 775 euros augmenterait son prix de 30 euros. Car il ne s’agit pas seulement d’augmenter le prix TTC de 2 %, mais le prix hors taxe sur lequel la TVA serait bien sûr payée en plus, sans compter une marge du distributeur. C’est déjà le cas pour l’écotaxe qui, sur un téléviseur, affiche une valeur de 8 euros pour un surcoût de 15 euros.

Jean Luc DelarueAprès la redevance sur la copie privée « Sauvons la production artistique », après l’écotaxe « Sauvons la planète », verra-t-on arriver une taxe « Sauvons Patrick de Carolis, Jean-Luc Delarue et Nagui » ? En tout cas, les constructeurs sont déjà sur le qui-vive, le Simavelec (Syndicat des industries de matériels audiovisuels électroniques) ayant déclaré aux Echos : « Je ne comprends pas comment le gouvernement peut imaginer cette nouvelle ponction alors que nos produits sont déjà prélevés deux fois au titre de la taxe pour copie privée et de l’écotaxe. C’est un mauvais coup pour la filière au moment où nous renouvelons tout le parc avec les nouveaux formats numériques. »

Le bras de fer entre gouvernement, chaînes de télévisions et constructeurs vient de commencer. Le gagnant devrait être désigné avant l’été, au moment du vote de la loi.

FacebookTwitter

FacebookTwitter

Articles en relation

comments powered by Disqus