A 10:41 dans

Alice : un premier pas dans la tourmente ?

22
FEV
2008
Partager cette actu sur :

logo alice
La panique commence à investir les rangs d’Alice

La vente d’Alice se rapproche à grands pas. Telecom Italia, la maison mère, a fait part au début de l’année de sa volonté de se séparer de sa filiale française (voir article ici). Le FAI, qui accuse des pertes considérables, voit donc son avenir compromis. Les 550 employés du centre d’appels de Bordeaux s’inquiètent donc de la pérennité de leurs emplois.

Les salariés du centre d’appels, situé rue Ravezies à Bordeaux, s’interrogent surtout sur la politique du futur repreneur. Didier Cazanave, porte parole de l’intersyndicale, exprime les craintes par rapport aux candidats potentiels à un rachat : « Nous craignons que Neuf Telecom ou Numericable, qui se montrent intéressés par notre société, ne nous rachètent que pour notre portefeuille de clients et notre réseau. Seul le troisième repreneur potentiel, Bouygues Telecom, pourrait nous conserver. »

AliceBien sûr, rien n’est encore joué dans la vente d’Alice, mais les craintes des employés se glissent dans les enjeux des prochaines élections municipales bordelaises. Une délégation des représentants du personnel ont contacté Alain Rousset, président de la région Aquitaine et candidat à la mairie de Bordeaux pour le sensibiliser au problème. Ce dernier a adressé un courrier à Christine Lagarde, ministre de l’Economie, pour qu’elle intervienne « afin qu’une approche globale soit mise en oeuvre dans le processus de cession de cette société, seule garantie pour la sauvegarde de ces emplois. »

Ces doutes sont naturels dans les situations de cession, les actifs dépendant de la volonté du repreneur. Espérons tout de même que le futur propriétaire gardera ce centre d’appels et résistera à la tentation de délocaliser ses services téléphoniques.

FacebookTwitter

FacebookTwitter

Articles en relation

comments powered by Disqus