A 16:25 dans

France Télécom / TeliaSonera : vers le dégel ?

19
JUIN
2008
Partager cette actu sur :

DégelTeliaSonera ayant froidement refusé l’offre amicale de rachat de France Télécom le 5 juin dernier (voir article) et le groupe français excluant toute possibilité de relever son offre, la situation s’était un peu crispée entre les deux groupes de télécommunications. Les rumeurs émergeant de Telenor, groupe norvégien, avaient un peu envenimé les choses. Il apparaît aujourd’hui qu’un vent plus clément pourrait souffler sur les relations des Français et des Scandinaves.

Logo TeliaSoneraUne nouvelle phase de négociations semble s’ouvrir entre France Télécom et TeliaSonera. Après que chacun des groupes a joué des muscles et campé sur ses positions, TeliaSonera jugeant l’offre de rachat du Français « insatisfaisante » et « ridicule » et France Télécom refusant de revoir son prix à la hausse et prétendant ne pas être si intéressé que ça par le Suédois (voir article), les deux groupes semblent enfin prêts à baisser la garde et à entamer des pourparlers sérieux.

En effet, France Télécom a annoncé le 16 juin à l’AFP qu’il serait prêt, quelques jours avant l’expiration des 15 jours de réflexion dont bénéficiait le groupe finno-suédois, à lui accorder un délai de réflexion supplémentaire.

Logo TelenorPar ailleurs, le groupe de télécommunications norvégien Telenor s’était vu attribuer par de fortes rumeurs le rôle de trouble-fête dans les éventuelles noces franco-scandinaves, le tout sur fond de relents nationalistes (voir article). Cependant, Morten Karlsen Soerby, vice-président exécutif, a laissé entendre qu’une fusion entre les deux groupes d’Europe du Nord n’était visiblement pas à l’ordre du jour.

En outre, afin de compenser la baisse du prix de son action, et donc la baisse de sa première offre de rachat mixte numéraire/actions, France Télécom se dit prêt à ajouter un peu de cash dans la balance. Reste maintenant à savoir si TeliaSonera est prêt à fléchir sa position et à entamer des discussions sérieuses avec le groupe français.

FacebookTwitter

FacebookTwitter
A 10:33 dans

France Télécom se heurte à la rudesse scandinave

12
JUIN
2008
Partager cette actu sur :

IcebergAprès les déclarations de l’ancien PDG de Telenor, Tormod Hermansen, la semaine dernière dans le grand quotidien norvégien Dagens Naeringsliv où celui-ci indiquait que « Telenor et TeliaSonera peuvent donner naissance à un vrai géant des télécoms » et suite aux propos de Mats Odell, ministre suédois de l’industrie, stipulant que l’opérateur suédois pourrait participer à la consolidation du marché « avec un autre » que France Télécom, les rumeurs vont bon train sur la possibilité d’une fusion entre TeliaSonera et Telenor.

Logo TeliaSoneraIl semble bien que le rachat de TeliaSonera par France Télécom ne soit pas une mesure qui jouisse d’une grande popularité. Ce sont tout d’abord les investisseurs qui ont manifesté leur scepticisme à l’annonce d’un tel projet, faisant perdre plus de 7 % à l’action FT (voir article). A présent, c’est au tour des opinions publiques scandinaves de se montrer hostiles au projet du groupe français. Les Echos révèlent en effet dans l’édition du 12 juin 2008 que le quotidien suédois Svenska Dagbladet publiait récemment un article anti-France Télécom dans lequel le journaliste proposait de « quitte à discuter entre Etats, plutôt parler avec Oslo qu’avec Paris ». Il semblerait que France Télécom ait une forte image d’entreprise publique et que ce soit là un des freins à une possible fusion des deux groupes, puisque la Suède n’est pas réfractaire habituellement à céder des entreprises nationales à des groupes étrangers (Absolut dernièrement racheté par Pernod Ricard).

En outre, Elof Isaksson, représentant du personnel au conseil d’administration de TeliaSonera, confiait au journal Dagens Naeringsliv que l’offre de France Télécom était « ridicule » et « inintéressante » soulignant que la force du groupe suédois résidait dans sa croissance sur les marchés de l’Est. « Nous n’avons pas besoin de France Télécom pour cela, mais eux ont besoin de nous » a-t-il déclaré, comme rapporté dans Les Echos.

Fort de ce repli nationaliste, Telenor apparaît alors comme le voisin norvégien ami. Cependant, une première tentative de fusion avec Telia (qui n’avait pas encore racheté Sonera) avait échoué en 1999 en Logo Telenorraison notamment de difficultés à s’entendre sur le partage des pouvoirs et la localisation du siège de l’entreprise. Officiellement cependant, Telenor, qui est détenu à 54 % par l’Etat norvégien, n’a pas présenté d’offre mais déclare « suivre la situation de près », d’après le Financial Times.

Dans ce contexte particulièrement hostile, France Télécom tente de convaincre non seulement du bien-fondé de son offre mais également des dangers que représenterait la fusion entre Telenor et TeliaSonera. C’est notamment l’objet de documents que s’est procuré le Financial Times et dont il publie des extraits dans son édition du 10 juin 2008.

Europe du NordSelon le groupe français, la présence redondante des deux groupes scandinaves en Norvège, en Suède et au Danemark et leurs participations minoritaires dans des grands groupes en Russie et en Ukraine ferait de leur rapprochement une démarche « extrêmement complexe d’un point de vue réglementaire ».

De plus, France Télécom rappelle qu’à cause des lois anti-trust, de nombreuses cessions d’actifs pourraient être exigées : en effet, dans les marchés où le groupe obtiendrait une position hégémonique, le plus petit des deux opérateurs serait contraint de vendre ses parts. Le groupe de télécommunications français soulève également la question du volet social d’une telle fusion pronostiquant « un impact sévère sur les effectifs », argument qui peut trouver un écho dans ces deux pays au taux de chômage très bas.

Drapeau suédoisEnfin, les documents de France Télécom soulignent l’aspect politique de l’affaire. Si l’Etat suédois ne détient plus que 37,3 % et l’Etat finlandais 13,7 % du capital de TeliaSonera, l’Etat norvégien lui en revanche détient 54 % de Telenor. Or la loi norvégienne oblige l’Etat à conserver au minimum 34 % de l’entité qui naîtrait de la fusion. Ainsi, FT met en garde les gouvernements suédois et finlandais contre le fait de donner au gouvernement norvégien une influence significative dans les affaires du potentiel futur groupe, situation jugée « hautement incertaine » par le groupe français.

Cependant, en mettant ainsi en exergue les nombreuses zones géographiques où les deux entreprises scandinaves peuvent espérer opérer des synergies, même si FT les présente comme potentiellement négatives, le groupe français fait, selon le Financial Times, apparaître de façon criante ce que les analystes lui reprochent : le manque de grandes synergies possibles avec TeliaSonera. En effet, seul le marché espagnol offre des perspectives économiques intéressantes à l’éventuelle fusion des deux groupes, du point de vue suédois.

De plus, même si Telenor ne proposait pas une réelle contre-offre de rachat de TeliaSonera, les deux groupes pourraient envisager une alliance partielle ou le rachat de certains actifs uniquement.

FjordMalgré l’énergie investie par France Télécom dans la défense de son projet, le scepticisme des investisseurs et la méfiance nationaliste des scandinaves à l’égard de l’entreprise française pourraient bien avoir raison des velléités expansionnistes du groupe en Europe du Nord et en Europe de l’Est.

FacebookTwitter

FacebookTwitter

Articles en relation

comments powered by Disqus