A 12:45 dans Autres services, Vidéos

Netflix n’est plus qu’à un trimestre des 100 millions d’abonnés

18
AVR
2017
Partager cette actu sur :

Le service de vidéo à la demande Netflix vient de publier ses résultats pour le 1er trimestre. Bilan : un léger ralentissement dans la croissance des abonnements mais un premier bénéfice à l’international.

FacebookTwitterGoogle+

4,95 millions d’abonnés supplémentaires au 1er trimestre 2017 contre 5,2 millions attendus : les résultats de Netflix au T1 2017 ont légèrement déçu les observateurs après un 4e trimestre 2016 record (+7 millions), mais ne comptez pas sur la bande à Reed Hastings pour parler de contre-performance. La dynamique est positive, a assuré le directeur général, qui pense dépasser ce week-end la barre des 100 millions d’abonnés.

Un trimestre chasse l’autre

L’entreprise aime aussi à relativiser les performances trimestrielles, sujettes à fluctuations liées aux contenus proposés ou aux territoires investis. Elle rappelle ainsi que la baisse de 22% du nombre de nouveaux abonnements à l’international survient mécaniquement après un premier trimestre 2016 qui l’avait vue aborder 130 nouveaux pays d’un coup. D’autre part, en différant certains lancements au 2e trimestre, le service s’est privé de nouveaux membres qui finiront par atterrir dans le giron de la firme de Los Gatos au printemps.

Sur l’ensemble du 1er semestre, pas de panique, estime donc cette dernière dans son communiqué trimestriel : les recrutements nets dépasseront à nouveau les 8 millions, aidés par un 2e trimestre bien garni en nouveautés (13 Reasons Why, Dear White People, Ingobernable) et nouvelles saisons (House of Cards, Orange is the New Black, Better Call Saul, Fargo, Sense8, Unbreakable Kimmy Schmidt…)

13 Reasons Why sur Netflix

Les finances au beau fixe

De fait, la performance financière du groupe ne se ressent pas de ce léger fléchissement des souscriptions. La croissance du chiffre d’affaires se poursuit par exemple à un rythme très confortable – +35% sur un an – tandis que les bénéfices sont multipliés par 6 au 1er trimestre, avec une marge proche de 10%, contre 2,5% un an plus tôt. Améliorations là encore liée au calendrier des diffusions, avant un 2e trimestre plus riche en sorties et donc en frais afférents. Au total, Netflix précise d’ailleurs qu’un milliard de dollars sera dépensé cette année en frais de marketing (notamment en publicité programmatique). A mettre en regard des 6 milliards qui doivent être consacrés à la production de nouveaux contenus.

Satisfaction à l’international

Netflix peut au passage se féliciter d’avoir dégagé un résultat positif sur son activité hors des Etats-Unis pour la première fois de son histoire : 43 millions de dollars de bénéfice d’exploitation, contre 60 à 100 millions de pertes lors des trimestres précédents. Un retour dans le rouge est toutefois prévu dès le 2e trimestre (-28 millions), sous le coup des investissements consentis sur ces marchés à conquérir. La production de contenus locaux reste en effet un des axes stratégiques de développement de la firme, qui travaille notamment sur de nombreux projets en Europe : Dark (Allemagne), Suburra (Italie), Troy : Fall of a City, Black Earth Rising (Grande-Bretagne) ou encore The Spy (en coprodution avec Canal+).

FacebookTwitterGoogle+

Articles en relation

comments powered by Disqus