A 8:27 dans

Newsweek : le numérique est-il l’avenir de la presse ?

19
OCT
2012
Partager cette actu sur :

Steve Jobs Newsweek

Newsweek, deuxième news magazine américain derrière Time, vient d’annoncer qu’il abandonnait sa version papier à partir de 2013. L’hebdomadaire, rebaptisé Newsweek Global, n’existera plus qu’en version numérique disponible sur Internet, sur tablette et smartphone.

C’est un pas supplémentaire vers la numérisation de la presse. Newsweek, hebdomadaire américain de renommée mondiale, a décidé de publier sa dernière version papier le 31 décembre prochain. Le magazine, qui fêtera ses 80 ans en 2013, sera rebaptisé Newsweek Global et disponible en version numérique payante uniquement.

Compte-tenu de son lectorat, composé de cadres supérieurs internationaux, et de son ancrage dans le paysage journalistique mondial, Newsweek devrait sans problème assumer cette transition. Il n’empêche que, pour un magazine de cette réputation, le changement est drastique.

La rédactrice en chef de Newsweek, Tina Brown, dans l’article qui annonce ce passage au tout-numérique publié sur The Daily Beast, ne cache pas que des raisons économiques ont présidé à ce choix. Avec la crise, les annonceurs se font plus rares. Or, le passage au tout-numérique permettra de faire des économies d’envergure en ne publiant en ligne qu’une seule version pour les Etats-Unis et l’international. En revanche, un certain nombre de licenciements est à prévoir.

Alors qu’on sait la difficulté de monétiser le travail journalistique en ligne, cette annonce de Newsweek relance la question de l’avenir de la presse. Il est évident que la renommée de Newsweek lui permet d’envisager un abandon du papier. Mais qu’en est-il d’un magazine ou d’un journal qui voudrait se lancer en ligne ?

MédiapartEn France, les exemples de réussite sont rares. Médiapart fait un peu office d’exception qui confirme la règle. Le newsmag payant en ligne a bénéficié du renom de ses journalistes et de quelques coups médiatiques qui lui ont assuré un lectorat fidèle. A contrario, un journal comme France Soir a abandonné le papier pour mourir de sa belle mort sur le net.

Il faut du temps pour s’installer sur le net ou sur les tablettes et les smartphones, et donc les ressources nécessaires pour supporter les mois de disette, quand on ne jouit pas de l’impact médiatique de Newsweek. Cela signifie-t-il que seuls les titres soutenus par de gros investisseurs ou de grands groupes seront à même de survivre au tout-numérique ? Ou bien avons-nous simplement du mal à envisager un usage qui reste encore minoritaire ?

Lire journalCes dernières années, le nombre d’utilisateurs de tablettes a cru de manière exponentielle. Rien qu’aux Etats-Unis, on attend 70 millions d’utilisateurs d’ici la fin de l’année et 39 % des Américains déclarent s’informer auprès d’une source en ligne. Les habitudes changent plus vite qu’il n’y parait et la presse serait bien avisée d’accompagner au maximum le mouvement si elle ne souhaite pas connaître les mêmes déboires que l’industrie musicale.

FacebookTwitter

FacebookTwitter

Articles en relation

comments powered by Disqus