A 12:16 dans SFR

Altice à plus de 95% dans SFR, retrait de la cote annoncé

10
AOÛ
2017
Partager cette actu sur :

Altice va enfin parvenir à ses fins et absorber complètement le carré rouge. Le titre de la marque de téléphonie disparaîtrait en septembre de la bourse de Paris.

FacebookTwitterGoogle+

SFR : retrait de la cote annoncé par Altice95,9% : c’est la participation que détient désormais Altice dans SFR, suite à « plusieurs accords d’acquisition d’actions SFR Group par voie d’échange contre des actions ordinaires A d’Altice N.V. » Le seuil des 95% franchi, la holding de Patrick Drahi peut désormais légalement lancer une offre publique de retrait obligatoire. L’opération doit avoir lieu en septembre, et sera fort logiquement suivie d’un retrait du titre SFR Group de la place parisienne.

Cette fois-ci c’est la bonne ?

Patrick Drahi devrait ainsi enfin parvenir à ses fins après avoir essuyé un fameux revers à l’automne dernier. L’offre publique d’échange (OPE) proposée à l’époque pour s’octroyer les quelques 22% de SFR Group qu’elle ne possédait pas encore avait été retoquée par l’Autorité des marchés financiers. Une décision rarissime motivée par l’imprécision du projet et l’impact « négatif et potentiellement significatif », sur la rémunération des actionnaires de SFR Group, avait tranché l'AMF.

Pendant ce temps, chez Altice USA

Si l’opération finit par réussir, elle constituera une étape de plus vers la disparition annoncée de la marque SFR. Le changement de nom doit être effectif dans l’année pour laisser la place au label mondial Altice. Cette opération réputation doit notamment appuyer l'expansion du groupe aux Etats-Unis : après une entrée en bourse en fanfare, Altice USA envisagerait désormais de s’offrir Charter Communications, selon les informations de la chaîne CNBC.

La branche américaine de la maison Drahi travaillerait ainsi à un deal susceptible de convaincre l’actionnariat du 2e câblo-opérateur américain. Pour ce faire, il faudrait toutefois que le groupe endetté à hauteur de 50 milliards d’euros trouve de quoi régler une opération qui pourrait se monter à 200 milliards de dollars. Une équation difficile à résoudre, estiment les analystes, au vu de l’envergure boursière relativement modeste d’Altice USA.

FacebookTwitterGoogle+

Articles en relation

comments powered by Disqus