A 10:44 dans Fibre optique

Baromètre nPerf Internet fixe (T2 2017) : SFR premier sur le haut-débit, Bouygues et Free à fond la fibre

21
JUIL
2017
Partager cette actu sur :

En forme sur les petits débits grâce à son câble, SFR reste quelques longueurs derrière Bouygues, Free et Orange sur le très haut débit

FacebookTwitterGoogle+

Le nouvel observatoire des performances de l’Internet fixe réalisé par nPerf, spécialiste du test de connexion Internet fixe et mobile, confirme plusieurs tendances observées au 1er trimestre. A commencer par la hausse continue des vitesses enregistrées en réception, qui atteint 48 Mb/s en moyenne contre 44,3 Mb/s sur l’intervalle précédent. Une hausse de plus de 8% (émission : +3,8% à 18,78 Mb/s) qui confirme que le déploiement du très haut débit en France reste sur la bonne voie. Ce même si « de gros écarts existent d’un territoire à un autre », nuance nPerf, qui publie son baromètre en plein milieu d'une séquence bouillonnante sur les questions d’aménagement numérique. Un déséquilibre du reste reflété par l’échantillon retenu, portant sur 1,01 million de tests réalisés avec des connexions haut-débit, contre un peu plus de 592 000 en très haut-débit seulement.

Débit moyen : SFR distance Orange

L’opérateur au carré rouge se distingue à nouveau ce trimestre : il conforte sa première place toutes technologies confondues en améliorant sa performance moyenne, à 57,5 Mb/s, en hausse de près de 12%, quand Orange reste scotché aux alentours de 51 Mb/s. Un résultat que SFR doit aussi bien à la vitesse moyenne enregistrée en haut-débit (8,48 Mb/s, voire ci-dessous), où il bénéficie de l’apport de son réseau câblé, qu’à une nouvelle progression en très haut-débit (+9,33%) avec un débit moyen proche de 105 Mb/s. Une dynamique grâce à laquelle il « pourrait bien créer la surprise dans les mois à venir », prédit nPerf.

nPerf : SFR premier sur le haut-débit au T2 2017

Très haut débit : une triplette au coude à coude

Sur le seul THD, toutefois, cela ne lui permet pas, pour l’heure, de venir inquiéter ses rivaux, qui affichent un débit descendant moyen encore largement supérieur. Bouygues (125,22 Mb/s) termine premier de cette catégorie ce trimestre, devant Orange (124,37 Mb/s) et Free (123,44 Mb/s). Entre ces trois, les écarts se réduisent à la faveur d’une stagnation de l’opérateur historique (+0,92%) quand les deux autres gagnent plus de 10%.

nPerf : Orange, Bouygues et Free proches sur le très haut débit au T2 2017

Sur les débits montants, en revanche, Orange ne laisse toujours aucune chance à ses adversaires. Malgré un léger repli (-2,32%) et une hausse d’environ 10 points pour tous ses concurrents, l’opérateur historique, dopé par son parc fibre, affiche un insolent 65,71 Mb/s, contre 54 Mb/s pour Bouygues, 53 Mb/s pour Free et un maigre 27,71 Mb/s pour SFR. Qui, comme sur le download, pâtit de sa câblo-dépendance.

FTTH : Bouygues en forme, Orange pénalisé

Sur la seule fibre optique, tous les opérateurs enregistrent de fortes progressions, induites par une modification du traitement des tests. nPerf a en effet relevé son seuil de filtrage pour ne retenir que les connexions supérieures à 100 Mb/s en émission. Objectif : tenter d'évaluer encore plus finement la performance réelle des réseaux fibre optique des opérateurs en excluant les tests pénalisées par des mauvais LAN (Ethernet ou wi-fi) du côté des utilisateurs.

FIbre optique (FTTH) : meilleur débit chez Bouygues et Free

Conséquence logique : une forte hausse du débit moyen chez tous les fournisseurs, avec des pointes à près de 500 Mb/s chez Bouygues (486 Mb/) et Free (483 Mb/s). Outre ce bond généralisé « mécanique », on note toutefois que le relèvement du seuil de filtrage influe sur les écarts entre opérateurs : la distance entre les deux champions du FTTH et SFR se resserre logiquement (30 Mb/s contre 60 Mb/s un trimestre plus tôt), car le seuil fixé permet d’éliminer toutes les offres inférieures à 1 Gb/s du carré rouge.

A contrario, la modification amplifie le fossé entre le duo Bouygues/Free et Orange (170 Mb/s d'écart contre 120 Mb/s au T1). L'exclusion des LAN les moins performants ne profite pas autant à l’opérateur historique, dont une bonne partie du parc, positionnée sur l'entrée de gamme en fibre (offres Zen), reste bridée à 100 Mb/s. Orange arrive ainsi bon dernier en termes de performance moyenne sur la fibre optique, à 314 Mb/s. Non en raison d’une infériorité technique, donc, mais, comme le rappelle nPerf, à cause de son choix commercial consistant à segmenter ses offres en fonction du débit à 100, 200 et 500 Mb/s.

FacebookTwitterGoogle+

Articles en relation

comments powered by Disqus