A 13:15 dans Bouygues Telecom

Bouygues Telecom poursuit sa montée en puissance sur la fibre

20
FEV
2020
Partager cette actu sur :

L’opérateur continue d’engranger des clients Internet en fibre optique et en dit plus sur ses projets sur le Très Haut Débit.

FacebookTwitter

Enseigne d'une boutique Bouygues Telecom

1 million d'abonnés Internet en fibre optique : c'est le chiffre tout beau, tout rond qu'annonce Bouygues Telecom à l'issue d'un exercice 2019 particulièrement fructueux sur le plan commercial. L'opérateur poursuit dans la voie de 2018, avec 650 000 abonnés mobile de plus (à 11,5 millions) et 240 000 clients fixe supplémentaires (à près de 3,9 millions), détaille son communiqué. De quoi contribuer à la hausse du chiffre d'affaires : +13% l'an passé, à plus de 6 milliards d'euros. Tout en restant rentable, ce que ne parviennent pas à faire tous ses concurrents : le résultat opérationnel courant progresse ainsi de 86 millions d'euros sur l'année pour atteindre 540 millions d'euros.

La fibre Bouygues en plein essor

Distancé sur la fibre optique par ses trois autres concurrents, Bouygues Telecom cravache depuis des mois pour rattraper son retard. Il atteint donc à fin 2019 le million d'abonnés Internet FttH, tout juste un an après Free. Surtout, avec 142 000 clients fibre supplémentaires au 4e trimestre, la marque télécom du groupe Bouygues affiche enfin un rythme de conquête comparable à celui de ses concurrents.

L'opérateur tire profit de l'effort produit l'an passé pour accroître la disponibilité de ses offres fibre. En l'espace d'un an, elles ont été commercialisées sur 4,6 millions de locaux supplémentaires. Dont 1,2 million situés en zone très dense, où la fibre Bouygues accusait un retard conséquent il y a un an. L'opérateur y compte désormais 4 millions de locaux éligibles, ce qui est néanmoins un peu en deçà des 4,5 millions qu'il visait à fin 2019. En zone AMII, en revanche, l'objectif est dépassé : 6,8 millions contre 6,5 millions, dans un contexte d'accélération de la part d'Orange et SFR, dont il utilise les réseaux, pour tenir leurs engagements de déploiement à fin 2020.

Chiffres de la commercialisation de la fibre optique de Bouygues télécoms à fin 2019 et objectif 2022

Source : présentation des résultats 2019 de Bouygues Telecom

Au total, cela permet à Bouygues Telecom d'atteindre à peu de choses près l'objectif qu'il s'était fixé à fin 2019 : 12 millions de locaux éligibles à la fibre optique. Soit autant que Free en affichait à fin septembre, mais loin encore des 16,3 millions mis en avant par Orange. A présent, l'opérateur se tourne vers 2022, date à laquelle il prévoit non plus 20, mais 22 millions de locaux éligibles... soit le même objectif qu'Iliad.

Deux projets pour muscler l'infrastructure fibre

Bouygues Telecom a également esquissé deux initiatives visant à étendre son empreinte sur la fibre. D'une part, le projet "Saint-Malo" : ce petit nom désigne un projet de "déploiement d'une infrastructure nationale de fibres optiques". L'objectif étant, d'une part, de relier les équipements réseau (antennes mobiles et NRO) de l'opérateur, et d'autre part de lui permettre de décliner des offres "fixe très haut débit" pour les entreprises (FTTO). Un chantier d'un milliard d'euros porté par une co-entreprise dont Bouygues serait actionnaire minoritaire au côté d'un partenaire a priori déjà identifié.

L'autre versant de l'action de Bouygues sur la fibre concerne le FttH. Baptisée Astérix, l'opération consiste à créer une autre coentreprise destinée à acheter des tranches de cofinancement de réseaux déployés en zone moyennement dense. Un montage identique à celui annoncé en septembre dernier par Iliad et Infravia pour financer le déploiement en ZMD. A ceci près que le projet de Bouygues Telecom ne porte que sur les réseaux déployés par d'Orange. Il serait ainsi client - parmi d'autres éventuellement - de cette coentreprise pour accéder aux infrastructures cofinancées sur le périmètre d'action de l'opérateur historique. De même qu'en zone très dense, il sera client de CityFast pour accéder à 3,4 millions de lignes d'ici à 2021.

Le schéma du projet Astérix de Bouygues Telecom pour déployer la fibre optique

Source : présentation des résultats 2019 de Bouygues Telecom

La filialisation du cofinancement interroge

Reste que le montage retenu par Bouygues ne convainc pas tout le monde. Dans sa réponse à la consultation de l'Arcep Bilan et Perspectives cet été, l'Avicca soulevait ainsi plusieurs interrogations sur le fonctionnement esquissé il y a quelques mois par Iliad, et notamment sur la tarification qui en découlerait. Sur l'aspect concurrentiel, d'abord, puisque ces sociétés de projet seraient potentiellement en mesure de proposer des accès FttH à prix plus bas que les opérateurs d'infrastructure. Sur l'aspect réglementaire, ensuite :  "l'accès à des lignes FttH d’un réseau subventionné à un tarif inférieur aux lignes directrices de l’Arcep (...) pourrait interroger la Commission européenne quant au respect, par l’État, du régime d’aide notifié", craignait ainsi l'association des collectivités pour le numérique.

 

FacebookTwitter

Articles en relation

comments powered by Disqus