Fibre, 5G : deux technos et trois dossiers pour SFR dans l’Ouest

24
JUIN
2020
Partager cette actu sur :

SFR assure qu’il sera au rendez-vous de ses engagements de déploiement de la fibre en Bretagne. S’agissant de la commercialisation de ses offres sur le RIP breton ou du lancement de la 5G à Nantes, les choses sont un peu plus compliquées.

FacebookTwitter

Franck Coudrieau, délégué régional Ouest de SFR

La crise sanitaire a sérieusement perturbé les activités de déploiement de la fibre optique ces dernier mois. Un impact quantifié, au niveau national, dans une étude publiée il y a quelques jours. Qu'en est-il à l'échelon local ? En Bretagne, SFR s'emploie à rassurer, chiffres à l'appui, sur sa capacité à tenir ses engagements. Le point avec Franck Coudrieau, délégué régional Ouest de l'opérateur. Il nous en dit aussi un peu plus sur l'arrivée des offres fibre au carré rouge sur le réseau d'initiative publique breton, et sur le spin-off nantais du feuilleton 5G.

Les déploiements fibre SFR au rendez-vous... de l'accord initial

La date choisie pour ce point d'étape n'était pas fortuite. Il y a tout juste un an, Alain Weill, PDG de SFR, était venu signer les nouvelles conventions de déploiement portant à la fois sur la région Bretagne et sur le périmètre de Rennes Métropole. L'opérateur s'y engageait à rendre raccordables, d'ici fin 2022, 83 600 locaux sur 24 communes bretonnes, dont 40 000 sur 17 communes de l'agglo rennaise. Dont 92% à fin 2020, dans le sillage de l'engagement pris devant le gouvernement au niveau national.

Un an après, et malgré les bâtons jetés dans les roues du déploiement par la crise, SFR reste sur la bonne trajectoire, affirme Franck Coudrieau. Celle qui doit, de 23 000 locaux raccordables sur Rennes Métropoles à fin juin, conduire l'opérateur à 36 500 en fin d'année. Même sérénité pour les autres communes de la région où SFR officie, sur des chantiers rétrocédés par Orange. Il revendique ainsi 89% de locaux raccordables sur Concarneau, 84% sur Douarnenez et 74% sur Morlaix. Des taux calculés "sur l'objectif Insee 2014, l'engagement que nous avons signé avec chacune des collectivités concernées", insiste le délégué régional.

La précision n'est pas innocente, au moment où l'Arcep identifie des millions de locaux supplémentaires sur les communes concernées par les engagements pris par Orange et SFR devant le gouvernement. Le nombre de logements et entreprises du référentiel Insee 2014 s'avère donc largement inférieur à la réalité. En résulte une querelle d'interprétation des accords conclus il y a deux ans : portent-ils sur un périmètre - les communes - ou sur un volume - le nombre de locaux ?  "L'idée n'est pas simplement de couvrir notre engagement, mais d'aller plus loin" en tenant compte de l'évolution démographique des territoires, assure Franck Coudrieau. Pour autant, "l'engagement que nous avions signé reste sur l'Insee 2014. On ne va pas changer les règles en cours de jeu". Un discours également entendu du côté d'Orange, et qui promet donc des discussions serrées avec l'Etat...

SFR arrive sur le RIP Bretagne THD... a minima

Il y a un an, Alain Weill avait une autre annonce en stock : la commercialisation imminente des offres fibre de SFR sur le réseau d'initiative publique (RIP) Bretagne THD. Le coup d'envoi était promis pour la rentrée 2019. Il interviendra en réalité en ce mois de juin, nous assure l'opérateur. Sur trois communes - Redon et ses voisines Sainte-Marie et Bains-sur-Oust - soit environ 6 500 locaux dans un premier temps. Et pour le reste du réseau, qui compte à date quelque 70 000 locaux raccordables ? Il faudra sans doute patienter, le temps que SFR s'accorde avec l'exploitant du RIP, la filiale d'Orange THD Bretagne.

"Nous voudrions que soit mise en place une offre de collecte activée", explique en effet Franck Coudrieau. Ce qui ferait gagner du temps - et de l'argent - à SFR en lui évitant d'aller se brancher à tous les nœuds de raccordement optique (NRO) du réseau et y installer ses équipements. Une offre qui n'existe pas actuellement, comme souvent sur les RIP sous ingénierie Orange, déplore le FAI au carré rouge. En tout cas pas sous une forme qui lui convienne. Bouygues Telecom, qui s'est lancé sur le réseau Bretagne THD depuis six mois, s'appuie certes sur "une offre de collecte activée mise en place par notre exploitant à partir du réseau d'Orange", nous a confirmé le syndicat mixte Mégalis, porteur du projet public. Néanmoins, cette solution "packagée" ne trouve pas grâce aux yeux de SFR, qui nous explique poursuivre ses discussions avec Orange pour pouvoir investir plus avant le réseau public.

5G à Nantes : un moratoire "inquiétant"

La confusion qui entoure actuellement le dossier 5G  - deux ministres ont même récemment plaidé pour son report - se traduit aussi à l'échelon local. Et particulièrement à Nantes, où la maire sortante Johanna Rolland a pris un virage à 180 degrés sur la question. Enthousiaste il y a 18 mois, l'édile nantaise vient en effet de promettre un moratoire d'un an sur le déploiement de la 5G en cas de réélection. Un engagement qui intéresse au premier chef SFR, l'opérateur ayant fait de la métropole ligérienne l'une des villes-pilotes de son futur réseau de 5e génération.

Franck Coudrieau n'entend pas commenter cette "décision politique". Mais il s'interroge sur son articulation avec le processus enclenché au niveau national"On ne peut pas faire des enchères et demander beaucoup d'argent aux opérateurs, pour ensuite leur refuser d'implanter des antennes au niveau local", résume-t-il, pointant une "incohérence" qui nécessitera que "tout le monde se mette autour de la table".

"A compter du moment ou l'ensemble des licences et des fréquences nous seront délivrées, il nous faudra les mettre à disposition de chacune des collectivités" . Et, pour lever les interrogations, "nécessairement faire de la pédagogie sur la 5G", convient le délégué régional. Mais "pas seulement l'opérateur qui déploie", poursuit-il, pour en appeler aux autorités compétentes : Arcep, ANFR et Anses. Lesquelles lui semblent avoir "vocation à répondre à l'incertitude ou aux doutes exprimés par les habitants ou par certaines collectivités".

En attendant, le représentant de SFR juge le revirement nantais "inquiétant". Pour le propre plan de déploiement de l'opérateur, mais aussi au regard de l'intérêt que le tissu économique local manifeste pour la 5G. Si le moratoire évoqué par Johanna Rolland consiste à "refuser l'ensemble de nos autorisations, prévient-il, cela mettra sans doute un coup d'arrêt à la 5G sur Nantes, en tout cas dans un premier temps".

FacebookTwitter

Articles en relation

comments powered by Disqus